Jean-Louis Bourlanges
Jean-Louis Bourlanges
Jean-Louis Bourlanges ©AFP - Andrea Savorani Neri / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Jean-Louis Bourlanges ©AFP - Andrea Savorani Neri / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Jean-Louis Bourlanges ©AFP - Andrea Savorani Neri / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Publicité
Résumé

Jean-Louis Bourlanges, député Modem des Hauts-de-Seine, président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

avec :

Jean-Louis Bourlanges (Député Modem des Hauts de Seine, président de la commission des affaires étrangères et ancien député européen, essayiste).

En savoir plus

Jean-Louis Bourlanges, président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, s'exprime sur la situation en Ukraine. Selon lui, il ne faut pas s'arrêter sur "la querelle terminologique" autour du "génocide", mais "moins parler et agir, aider les Ukrainiens". Il poursuit : "Qu'est ce qu'un génocide ? Est-ce la destruction physique d'un peuple ? Là, nous avons vraiment des violences extrêmement fortes dans les zones contrôlées par les Russes, avec une éradication de la population."

Quel est l'état des relations entre Paris et Kiev ?

Quel est l'état des relations aujourd'hui entre Paris et Kiev ? "Plus la guerre se développe, moins les termes d'un compromis apparaissent possibles", considère Jean-Louis Bourlanges. Les "reproches" faits à Emmanuel Macron par Volodymyr Zelesnky cette semaine, "n'ont pas d'importance" selon lui, "ce qui compte c'est ce que l'on fait. A la fin, il faudra qu'on arrive à la paix."

Publicité

Le ministre délégué aux affaires européennes Clément Beaune a déclaré que l'adhésion de l'Ukraine à l'UE prendrait "sans doute 15 ou 20 ans". Déclaration maladroite ? Pour Jean-Louis Bourlanges, "L'Ukraine fait fondamentalement partie de l'Europe. Maintenant, l'adhésion est un chemin semé d'énormément d'obstacles. L'Ukraine n'es pas du tout prête. C'est pourquoi nous proposons, pour éviter qu'elle reste dans une salle d'attente, cette confédération politique : d'associer pleinement l'Ukraine à la gestion des intérêts politiques de l'Europe."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

J-16 avant les élections législatives

Jean-Louis Bourlanges est candidat aux élections législatives dans les Hauts-de-Seine sous la bannière "Ensemble !". Les derniers sondages donnent l'avantage aux soutiens d'Emmanuel Macron pour ces élections, mais il ne pourrait s'agir que d'une majorité relative.

"Ces élections sont très importantes, parce que précisément les choix qui sont sur la table sont beaucoup plus fondamentaux que ce qu'on imagine", estime le député, candidat à sa réélection. "A travers la démarche de Jean-Luc Mélenchon, qui est menée avec brio, on a une rupture avec tous les fondamentaux de notre politique républicaine, internationale, européenne, de l'alliance atlantique. Tout ce qui fait la France depuis au moins la Libération" détaille-t-il, voire "s'agissant de la gauche, depuis Léon Blum".

Selon lui, "Blum a construit le socialisme moderne en se refusant le diktat léniniste. Ce qui est liquidé par Mélenchon, c'est un siècle de gauche démocratique non communiste." Jean Louis Bourlanges considère que le scénario économique de Jean-Luc Mélenchon, "conduit directement à la situation qu'on connait au Venezuela."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Sur l'affaire Damien Abad, "je suis extrêmement solidaire de l'exécutif", déclare Jean Louis Bourlanges, selon lui dans une situation "extrêmement embarrassante". "Il y a deux choses qu'on ne peut pas accepter : c'est la tolérance aux violences sexuelles. Et en même temps, peut-on accepter de briser la réputation et la carrière d'un homme, s'il s'avérait qu'il n'est pas coupable de ce dont on l'accuse ?" Il ajoute : "la justice fera son œuvre, mais la justice est lente tandis que les hommes et femmes politiques doivent agir dans l'urgence."

Références

L'équipe

Jérôme Cadet
Production
Alexandre Gilardi
Collaboration
Juliette Hackius
Collaboration
Stéphanie Boutonnat
Collaboration