France Inter
France Inter
Publicité

Ils génèrent des millions chaque jour, s'invitent sur le marché de l'art, dans le monde du sport ou celui des jeux vidéos, et depuis la crise sanitaire, ils connaissent une croissance phénoménale. Zoom sur les NFT.

En 2007, l'artiste américain Beeple commença à créer chaque jour une oeuvre, dans le but de s'améliorer en dessin et en graphisme. Quatorze ans plus tard, son oeuvre "Everydays —  The First 5 000 days" était vendue, en NFT, à hauteur de 69,3 millions de dollars. Un record, qui fait de Beeple le troisième artistse le plus rentable de son vivant, juste derrière David Hockney.

Les NFT, pour non-fungible tokens (jetons non-fongibles en français), sont donc des jetons qui servent à vendre des oeuvres d'art numériques, des armes de jeux vidéo, des figurines de collections ou encore des GIFs. L'intérêt ? Les NFT garantissent l'authenticité de l'œuvre achetée. Ils prouvent que vous avez acquis l'original, et pas une copie. Et pour s'en assurer, toutes les informations sur l'oeuvre sont consignées dans une sorte de grand registre de transactions : la « blockchain ».

Publicité

Avec la pandémie, les NFT ont littéralement explosé partout dans le monde. 5 % des Britanniques et 18 % des Américains ont déjà acheté ces actifs selon un sondage de Piplsay. Il faut dire qu'avec les tutoriels qui fleurissent en ligne, acquérir des NFT devient de plus en plus accessible.

Vous n'y comprenez rien ? Primavera de Filippi, directrice de recherche au Centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques associée à l’Université Harvard, est l'invitée du 13/14 pour faire le point.

L'équipe

Bruno Duvic
Bruno Duvic
Bruno Duvic
Production
Claire-Sophie Caulay
Collaboration
Sara Ghibaudo
Collaboration
Colin Gruel
Collaboration