Jean Viard, sociologue, directeur de recherche associé au Centre de recherches politiques de Science Po (Cevipof), invité dans le grand entretien de l’hebdomadaire Le Un : “La France en 2050”
Jean Viard, sociologue, directeur de recherche associé au Centre de recherches politiques de Science Po (Cevipof), invité dans le grand entretien de l’hebdomadaire Le Un : “La France en 2050”
Jean Viard, sociologue, directeur de recherche associé au Centre de recherches politiques de Science Po (Cevipof), invité dans le grand entretien de l’hebdomadaire Le Un : “La France en 2050” ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Marc Ollivier
Jean Viard, sociologue, directeur de recherche associé au Centre de recherches politiques de Science Po (Cevipof), invité dans le grand entretien de l’hebdomadaire Le Un : “La France en 2050” ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Marc Ollivier
Jean Viard, sociologue, directeur de recherche associé au Centre de recherches politiques de Science Po (Cevipof), invité dans le grand entretien de l’hebdomadaire Le Un : “La France en 2050” ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Marc Ollivier
Publicité
Résumé

Jean Viard, sociologue, directeur de recherche associé au Centre de recherches politiques de Science Po (Cevipof). Il est l’invité dans le grand entretien de l’hebdomadaire Le Un : “La France en 2050”

En savoir plus

Invité de la matinale de France Inter, Jean Viard a tenté d'esquisser les contours de la France de 2050. Le premier défi est l'adaptation au réchauffement climatique. "Cette France de 2050, c'est nous qui allons la construire. Comment ? On met des arbres, avec à Lille la végétation de Marseille. Un arbre planté, on dit que c'est deux ou trois climatiseurs économisés. On fait des fenêtres plus petite, aussi. Si on se met tout de suite à cette transformation, cette France là est habitable", plaide le sociologue.

Et même si le climat de Marseille devient celui d'Alger, ça n'est pas dramatique, estime-t-il. "On vit très bien à Alger. L'objectif, c'est de ne pas aller plus loin dans le réchauffement climatique. Mais ce qu'il faut éviter, c'est la panique". 

Publicité

Jean Viard propose ainsi la création d'un ministère de la protection civile. "L'État a un rôle à jouer. La parole sécurisante, c'est à lui de la porter". Il estime également primordiale l'information des citoyens pour que ceux-ci puissent porter cette transformation. 

Ave la pandémie, "un commun est en train de se construire"

Aux yeux du sociologue, la pandémie de la Covid-19 est une "immense rupture culturelle". "Pour l'instant, nous vivons dans la tragédie, mais la rupture historique est gigantesque." Des milliards d'êtres humains ayant traversé la même expérience avec l'épidémie, les chercheurs ayant uni leurs efforts, "un commun est en train de se construire". 

"Avec ces acquis, il devient possible de se battre contre le réchauffement climatique."

Que pense-t-il de la loi climat, examinée à l'Assemblée ? "C’est un pas. On serait allé plus loin sur certains sujets, ça ne m’aurait pas empêché de dormir. Mais chaque fois on avance. Une société, c'est un immense monde de négociations."

Références

Programmation musicale

L'équipe

Carine Bécard
Carine Bécard
Carine Bécard
Production
Eric Delvaux
Eric Delvaux
Éric Delvaux
Production