vidéo
L’essayiste, animateur de radio et de télévision et philosophe Raphaël Enthoven auteur de "L'École des dames", (l'Observatoire). ©AFP - Daniel Pier / NurPhoto
L’essayiste, animateur de radio et de télévision et philosophe Raphaël Enthoven auteur de "L'École des dames", (l'Observatoire). ©AFP - Daniel Pier / NurPhoto
L’essayiste, animateur de radio et de télévision et philosophe Raphaël Enthoven auteur de "L'École des dames", (l'Observatoire). ©AFP - Daniel Pier / NurPhoto
Publicité
Résumé

Le philosophe est l'invité d'Eric Delvaux pour la parution de "L'École des dames", paru aux éditions de l'Observatoire.

avec :

Raphaël Enthoven (Philosophe.).

En savoir plus

Alors qu'a eu lieu samedi à Paris une manifestation propalestinienne interdite par les autorités, Raphaël Enthoven déclare : "Je ne vois rien de liberticide dans l'interdiction d'une manifestation où l'on hurle 'mort aux juifs' et où l'on appelle au génocide de tous les juifs". Le philosophe interroge par ailleurs sur le sens de la mobilisation. "Je ne connais pas de manifestations de cette nature pour les Ouïghours, les femmes afghanes assassinées à Kaboul ou les Rohingyas. Comme si la mort de musulmans ne mobilisait les belles âmes que quand c’était Israel qui s’en chargeait."

Interrogé sur la hausse des actes antisémites, Raphël Enthoven rappelle que "l'antisémitisme existe depuis toujours". "C'est une passion fondamentale de l'esprit humain. On a besoin de se donner un ennemi qu'on fabrique. Croire qu'on va abolir ou supprimer l'antisémitisme est une illusion absolue."

Publicité

"L'antisémitisme s'appuie sur des événements de géodiplomatie, c'est le cas depuis toujours. Et à l'occasion de tel ou tel conflit, il retrouve un peu de vigueur", poursuit le philosophe. Il souligne la différence entre la critique de la politique d'Israël, essentielle à ses yeux, et l'antisémitisme. "S’il suffisait de critiquer la politique d’Israel pour être antisémite, il y aurait des antisémites partout."

Critiquer l’État d’Israël, c’est une chose. Nier son existence me semble une démarche monstrueuse et aux antipodes de la critique elle même.

"Il y a une telle différence entre une critique qu’on vous adresse et le refus que vous existiez, confondre les deux me parait être un signe de sottise plus qu’autre chose", poursuit-il. 

Raphaël Enthoven fustige les déclarations de Jean-Luc Mélenchon, qu'il accuse de "couvrir des déclarations qui ne relèvent pas de la démocratie mais du séparatisme, ou de la démagogie pure". Ancien membre du PS, au même titre que le leader de la France Insoumise, il estime que le parti a produit à la fois "le pire" et le "plus noble" de la politique. "J’ai un problème avec ces gens qui sacrifient un intérêt commun, l’intérêt de la gauche, parce qu’ils n’acceptent pas de mourir."

Il réagit aux deux tribunes signées par des généraux et publiées dans Valeurs actuelles. "Que des généraux factieux qui sont pour la moitié affiliés à l’extrême droite, ou que des généraux anonymes décident de penser que la France est décadente et menacent de passer à l’action uniquement parce qu’ils s’ennuient, je trouve ça pathétique pour les auteurs, lamentable pour le journal qui en fait la promotion."

Références

L'équipe

Eric Delvaux
Eric Delvaux
Éric Delvaux
Production
Eric Delvaux
Eric Delvaux