Lieu de vie : le rêve de la petite ville
Lieu de vie : le rêve de la petite ville ©Getty - BROKER/Alf Joensson
Lieu de vie : le rêve de la petite ville ©Getty - BROKER/Alf Joensson
Lieu de vie : le rêve de la petite ville ©Getty - BROKER/Alf Joensson
Publicité

Coup de projecteur sur l’étude réalisée par Kantar pour La Fabrique de la Cité sur les villes et les aspirations des Français en matière de lieu de vie. Où les Français aimeraient-ils habiter ?

Où les Français aimeraient-ils habiter ? Plutôt dans une petite ville de moins de 20.000 habitants. Prise de conscience écologique, effet post confinement, possibilité de télétravail... Plus la ville est petite, plus elle est appréciée. C’est ce qui ressort de l’étude réalisée par Kantar pour la Fabrique de la Cité (cercle de réflexion dédié à la prospective urbaine). Guillaume Caline, responsable de l’étude chez  Kantar :

« Ce qui ressort vraiment, c’est cette aspiration aux territoires les moins denses. Et un rejet, à contrario, des territoires les plus denses. L’agglomération parisienne qui constitue un repoussoir*. On a seulement un français sur 10 qui dit qu’il aimerait vivre dans l’agglomération parisienne. A l’inverse, le hameau, le village et la petite ville suscitent beaucoup plus d’aspiration de la part des Français. »***

Publicité

L’attractivité des différents territoires est donc proportionnelle à leur densité.

Qu’est ce qui explique l’attrait pour la petite ville ?

Parmi les facteurs jugés les plus importants par les Français dans le choix de leur lieu de vie. En tête, le sentiment de sécurité, puis trois dimensions évoquées par plus d’un Français sur deux : la proximité à la nature, la qualité de l’air et la présence d’espaces verts.

Les petites villes sont perçues comme les plus adaptées pour élever ses enfants et passer sa retraite. Les plus favorables pour la qualité des relations sociales, l’offre de logement et où le coût de la vie est jugé le plus accessible.

Les grandes agglomérations, n’ont donc plus la côte ?

L’agglomération parisienne, un « endroit à fuir », selon l’étude quand on a plus de 50 ans. 30% de leurs habitants disent d’ailleurs davantage envisager qu’avant le Covid, de quitter leur lieu de vie. Et donc, la petite ville ou le village constituent une aspiration pour près de 6 Français sur 10.

Du rêve à la réalité, les Français sont-ils prêts à franchir le pas ?

1 Français sur 4 est prêt à changer d’espace de vie.
Du rêve à la réalité, il y a un gap. Seulement 3 % répondent dans l’étude qu’ils ont réellement franchi le pas.  Dans les projections, que ce soit à la campagne ou dans une ville petite ou moyenne, la maison individuelle, reste le lieu de vie, idéal des Français

Qu’est-ce qui pourrait inciter au changement de vie ?

Ce sont des décisions longues à prendre, souvent en couple, il y a les enfants à scolariser. Les transports à prendre en compte. Mais il y a une tendance, dans les lieux de vie que les Français aimeraient habiter. Dans l’ordre des critères : la qualité de vie prend le pas sur les questions économiques comme l’emploi. On regarde avant tout le « bien vivre », jugé déterminant dans les choix de vie. Céline Acharian, directrice de la Fabrique de la Cité, à l’origine de l’étude :

« La qualité de vie et tous les critères se liant à la qualité de vie sont vraiment les premiers et ce qui parait paradoxal, c’est que l’offre d’emploi, le marché de l’emploi, le dynamisme économique arrivent très bas dans l’ordre des critères »

Des critères qui font écho à une autre étude que mène actuellement la Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines sur des évolutions post-covid. Ces petites villes représenteraient - des espaces où il y a encore des solidarités sociales et territoriales assez fortes*.*  Où se déploient localement, des transitions écologiques, sociales, économiques. Par rapport à des grandes métropoles plus individualistes, plus fragmentées, on trouverait dans ces territoires de moins de 20.000 habitants encore beaucoup de proximité et de confiance. Et des formes, - de plus en plus recherchées - un peu anciennes, de solidarité du quotidien.

L'équipe