Les propositions du Conseil national de l’Ordre qui représente 30 000 architectes
Les propositions du Conseil national de l’Ordre qui représente 30 000 architectes
Les propositions du Conseil national de l’Ordre qui représente 30 000 architectes - CC0 Domaine public
Les propositions du Conseil national de l’Ordre qui représente 30 000 architectes - CC0 Domaine public
Les propositions du Conseil national de l’Ordre qui représente 30 000 architectes - CC0 Domaine public
Publicité
Résumé

En cette période électorale, coup de projecteur sur le plaidoyer du Conseil national de l’Ordre qui représente 30 000 architectes en France et qui souhaite apporter sa pierre à l’édifice en faisant des propositions pour fabriquer la ville de demain.

En savoir plus

Le plaidoyer s’appelle « Habitat, ville et territoires, l’architecture comme solutions » . Ce sont des engagements et des propositions de la profession. Qui veut prendre sa part. Répondre aux défis de la ville.  Tenir compte des enjeux environnementaux, des nouveaux usages et des réalités économiques. La présidente du conseil national de l’Ordre des architectes estime que c’est le moment. Christine Leconte :

On est à un moment donné charnière où une profession qui se définit d’intérêt général comme l’est l’architecture de par la loi, doit mettre en avant ses préalables. Donc c’est avant tout, un plaidoyer. On plaide pour la planète. On plaide pour les ressources. On plaide pour faire attention à l’habitat des générations futures.

Publicité

Si l’esprit est à l’engagement, le Conseil de l’Ordre défend un nouveau modèle. C’est un programme. Un peu comme un programme électoral. Il y a 5 grands axes et une dizaine de mesures.

Alors, quelles sont les principales mesures proposées ?

Renforcer le service public de l’architecture. Avec un dispositif « 1 maire, 1 architecte ». Un référent par ville comme cela existe par exemple à Lyon et à Nantes.

Passer d’une politique de logement à une politique de l’habitat. Ne pas penser que quantitatif mais plutôt qualitatif en re levant les critères de qualité minimale des habitations.

Créer un ministère chargé de l’Habitat, du cadre de vie et de l’aménagement du territoire. En fait, arrêter de penser en silo.

La question aujourd’hui c’est de générer un ministère qui devrait être un ministère d’Etat avec la possibilité de garantir l'habitabilité des territoires et de garantir finalement que l’on passe d’une politique du logement à une politique du cadre de vie et de l’habitat, bien plus globale. Il engloberait notamment les questions de transports. Construire des maisons individuelles c’est bien mais si elles sont loin des services, ça rend les gens dépendants à leurs voitures et ensuite on a les problèmes que l’on sait aujourd’hui...

Parmi les autres mesures :

Privilégier l’existant. C’est-à-dire donner la priorité à la réhabilitation.  Recycler. Décarboner la construction.

Développer de nouvelles filières de matériaux et le réemploi. Encourager une agriculture locale au service de cadre de vie.

Mettre en place une architecture en circuits courts...

Voilà pour cette synthèse des mesures préconisées, mais y-a-t-il des urgences ?

Le Conseil de l’Ordre rappelle qu’il y a des urgences : 3 millions de logements vacants dont 1 million durablement vacants. Il y a des friches à convertir, des gisements de matières premières renouvelables à exploiter…

Ce plaidoyer c’est aussi mettre un outil au service des élus pour révéler le savoir-faire des 30 000 architectes de France. Il y a des conseils régionaux des architectes. Qui peuvent aider au quotidien dans des décisions publiques.  Christine Leconte :

On arrive à dégager des visions et à donner confiance aux décideurs pour éviter finalement un urbanisme d’opportunité et aller plutôt vers un urbanisme du récit, où les décideurs, les élus réfléchissent et ont le courage de se dire mais finalement ce que je croyais impossible parce que difficile avec tel outil, parce que je ne pensais pas que l’on pouvait réhabiliter ce bâtiment, parce que je n’avais pas imaginé cette solution...cela donne envie et aide à la décision publique. Donc l’amont devient primordial aujourd’hui pour faire mieux avec moins.

Ce plaidoyer pour rappeler aussi que les architectes ne répondent pas qu’à des commandes mais ils sont accompagnateurs dans la rénovation et ont aussi une vision. Ils entendent œuvrer, dessiner la ville de demain. Imaginer, réhabiliter, construire au service des citoyens. Au service du cadre de vie. Les architectes urbanistes sont aussi des artistes, des metteurs en ville.

Aller plus loin

Le Conseil national de l'Ordre des architectes

Réparons la ville

Opération Engagés pour la qualité du logement de demain

Le recyclage urbain, modèle durable

Références

L'équipe

Olivier Marin
Olivier Marin
Olivier Marin
Production
Olivier Marin
Olivier Marin
Olivier Marin
Journaliste