France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Jean-Claude Mourlevat a d'abord été professeur d'allemand, puis metteur en scène, comédien et clown. Il a bien fait se se mettre à l'écriture, puisqu'il a récemment décroché la plus belle des récompenses : le prix ALMA 2021.

En savoir plus

C'est un prix décerné par le gouvernement suédois et reconnu internationalement comme la récompense la plus importante en littérature de jeunesse au monde. 

ALMA, c'est l'acronyme d'Astrid Lindgren Memorial Award...  Astrid Lindgren est une grande romancière connue surtout pour Fifi Brindacier.

Publicité

Le jury du prix a révélé le nom du gagnant, covid oblige, au travers d’une vidéo sur sa page web et a ensuite contacté l’auteur français pour lui annoncer sa récompense. 

Ça faisait dix ans que Jean-Claude Mourlevat était dans la liste des candidats à ce prix qui est doté de près de 500 000 euros et considéré comme le prix Nobel de littérature de jeunesse. 

Quel genre de livres écrit Jean-Claude Mourlevat ?

Ses romans accompagnent des lecteurs d’âges assez larges. D’ailleurs, plusieurs de ses romans sont souvent proposés à l’école primaire et au collège. « L’enfant océan » ou « La rivière à l’envers » sont désormais des classiques à retrouver dans les bibliothèques des enfants. 

"Jefferson" est son dernier roman

Cette histoire, publiée en 2018 vient de sortir en format poche chez Gallimard jeunesse. 

Malgré sa couverture aux apparences enfantines et le fait que son héros principal soit un hérisson, « Jefferson » est loin d’être un roman pour les lecteurs très jeunes. Dans cette histoire, coexistent animaux et humains, l’auteur nous prévient dès la première page :

Extrait :

Le pays où cette histoire commence est peuplé d’animaux qui marchent debout, parlent, peuvent emprunter des livres à la bibliothèque, être amoureux, envoyer des textos et allez chez le coiffeur. Le pays voisin est habité par les êtres humains, qui sont les plus intelligents des animaux.  

Jefferson est un hérisson joyeux, toujours de bonne humeur, qui adore lire des romans d’aventure

Il se rend souvent dans sa ville pour aller dans son salon de coiffure préféré se faire rafraîchir la houppette grâce aux merveilleuses mains du coiffeur Edgar, qui lui est un blaireau et sa nièce Carole, dont Jefferson est secrètement amoureux. 

Sauf que ce jour-là, la poignée de la porte du salon de coiffure ne s’ouvre pas. Jefferson voit pourtant le salon éclairé, une chèvre dort sous un casque à permanente. Cependant, on ne voit ni Carole ni Edgar. Jefferson décide d’aller à l’arrière du bâtiment et rentre par une fenêtre ouverte de peur que sa chère Carole puisse être en danger. Il continue de les appeler mais, rien. Madame la chèvre, dort toujours sous son casque à permanente, et Jefferson continue à avancer à l’intérieur du salon…

Extrait :

Jefferson contourna le premier fauteuil tournant qui était vide de tout occupant et ce qu’il vit d’abord, ce furent les deux chaussures crème de M. Edgar, pointées  vers le plafond. Elles étaient impossibles à confondre : deux chaussures professionnelles dont le brave homme se vantait quotidiennement qu’il s’y sentait comme dans des pantoufles. Un pas de plus et Jefferson découvrit les deux jambes parallèles alignées sur le sol, puis le tablier soigneusement boutonné jusqu’en bas, puis, en remontant, la paire de grands ciseaux dont l’une des branches était enfoncée jusqu’à la garde dans le torse de M. Edgar.

Jefferson décide de porter secours à son coiffeur et lui enlever les ciseaux du torse, mais pile au même moment, la chèvre qui dormait sur son fauteuil se réveille et commence à crier : 

A l’aide !! Ahhh A l’assassin ! 

On comprend tout de suite que Jefferson va être considéré comme coupable.

Il va devoir partir en courant et se cacher le plus vite possible. La seule manière de prouver son innocence sera de trouver le coupable lui-même mais pour cela, il faudrait peut-être trouver les secrets les plus cachés de son cher coiffeur. 

"Jefferson" est un donc roman policier 

Parfois dur, parfois drôle, c’est une histoire qui nous fait réfléchir sur nos comportements envers les animaux.  

Le jury du prix Alma dit que « l’œuvre toujours surprenante de Mourlevat ancre la trame antique de l’épopée dans une réalité contemporaine ». C’est un parfait résumé de l’histoire du hérisson Jefferson : un personnage à qui l’on s’attache et que l’on suit également tel un grand héros.  

L’histoire de Jefferson peut se lire à partir d’une dizaine d’années et sans aucune limite d’âge. 

  • Jefferson, de Jean-Claude Mourlevat, est paru chez Gallimard jeunesse et vient de sortir en format poche.