Publicité
Résumé

L’histoire commence à Amsterdam, en 1880. Et cette année-là, à l’orphelinat de la Petite Tulipe, cinq bébés sont abandonnés dans d’étranges circonstances...

En savoir plus

D’abord, il y a la découverte de Lotta, un bébé à douze doigts, trouvé dans une boîte à outils. Quelques semaines plus tard, c’est au tour d’Eggbert, livré dans un seau à charbon. Fenna arrive installée dans un panier à pique-nique. Ensuite, Sem enveloppé d’un sac de blé et enfin Milou, la petite dernière... 

Le cinquième et dernier bébé apparut par une nuit de pleine lune, en décembre, alors que les étoiles scintillaient dans le ciel au-dessus d’Amsterdam. Un orphelin découvrit, coincé derrière la cheminée dans un panier en forme de cercueil, un bébé qui gazouillait d’un air heureux en regardant la voûte étoilée.

Publicité

Que vont-ils devenir ?

Douze ans plus tard, les cinq orphelins ont bien grandi et ils sont devenus inséparables. Ils ont tous un peu atypiques. Lotta est un petit génie scientifique, Eggbert un dessinateur surdoué, Sem se passionne pour la couture, et Fenna n’a toujours pas prononcé un seul mot.

Milou, quant à elle, est persuadée que ses parents reviendront la chercher. Il faut dire qu’elle a été abandonnée avec plus d’indices que les autres : une couverture brodée à son nom tâchée de deux gouttes de sang, et une marionnette chat signée d’un nom : Bram Poppenmaker.

Des pistes sur les origines 

Elle a noirci des pages entières de théories à ce sujet. Elle en a même fait un livre, dont on retrouve d’ailleurs des extraits manuscrits. Milou a une imagination débordante, et elle suppose que ses parents sont des espions ou peut-être des chasseurs de loups-garous !

Mais pour l’instant, Milou et ses amis n’ont toujours pas trouvé de famille, au grand désespoir d’Elinora Gassbeek, l’ignoble directrice de l’orphelinat. Elle les déteste, et les orphelins le lui rendent bien…

Tous les monstres que Milou avait créés pour les histoires qu’elle racontait le soir avant de dormir s’inspiraient plus ou moins d’Elinora Gassbeek : le ricanement cruel d’une gargouille, les yeux dépourvus d’âme d’un loup-garou, le cri à glacer le sang d’une banshee. Si la directrice n’avait été si menaçante et pleine de haine, elle aurait sans doute ressemblé à n’importe quelle femme d’âge moyen. Mais sa méchanceté avait déformé ses traits au point de la rendre monstrueuse.

Et puis un jour, quelqu’un décide enfin d’adopter les cinq orphelins. 

La suite à écouter sur franceinter.fr 

La fabuleuse histoire de cinq orphelins inadoptables d**'Hana Tooke** chez Pocket Jeunesse

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.