La Cathédrale d'Oxford, où a eu lieu une cérémonie d'excuses
La Cathédrale d'Oxford, où a eu lieu une cérémonie d'excuses
La Cathédrale d'Oxford, où a eu lieu une cérémonie d'excuses ©AFP - Eurasia Press / Photononstop
La Cathédrale d'Oxford, où a eu lieu une cérémonie d'excuses ©AFP - Eurasia Press / Photononstop
La Cathédrale d'Oxford, où a eu lieu une cérémonie d'excuses ©AFP - Eurasia Press / Photononstop
Publicité
Résumé

Une cérémonie a eu lieu dans la Cathédrale d’Oxford en présence de représentants de l'Eglise anglicane et du grand rabbin d’Angleterre, Ephraim Mirvis. L'Eglise d'Angleterre s'est excusée pour les persécutions envers les Juifs décidées au synode d'Oxford... en 1222.

En savoir plus

Direction Oxford ce matin, au lendemain d’excuses solennelles…

Une cérémonie qui avait lieu en la Cathédrale d’Oxford en présence de représentants de l’archevêque de Canterbury, chef de l’Église anglicane après la Reine et du grand rabbin d’Angleterre, Ephraim Mirvis.

Il s’agissait que demander pardon aux Juifs d’Angleterre pour un évènement à la fois glaçant et historique : le « synode d’Oxford » de 1222. Un concile de triste mémoire puisqu’il a inauguré les premières mesures anti-juives de l’histoire d'Angleterre :

Publicité

Interdiction de toute interaction sociale entre Juifs et Chrétiens, celle de ne pas exercer certaines professions, enfin l’obligation de porter un signe distinctif. A partir de ce synode et jusqu’à la fin du XIIIe siècle, les mesures ne vont cesser de s’aggraver :

Interdiction de posséder de la terre ou de faire hériter leurs enfants, des centaines de Juifs arrêtés ou même pendus.

Une séquence historique qui s’achève en 1290 par l’expulsion du royaume des 3000 Juifs d’Angleterre.

Huit cents ans pour s’excuser : c’est long !

Il y a une bonne raison à cela : l’Église anglicane n’existait pas en 1222. Elle n’a été créée par Henry VIII que dans les années 1530. Pendant longtemps, elle ne s’est donc pas senti héritière des turpitudes antisémites de l’Église catholique qui la précédait.

D’autant plus que c’est elle qui, sous Cromwell, 350 ans plus tard, a permis aux Juifs de revenir en Angleterre. Les excuses de l’Église d’Angleterre ont donc été faites « au nom de tous les Chrétiens du Royaume » et en présence de dignitaires catholiques.

Le service solennel d’hier a donc été précédé d’un communiqué – approuvé par l’Église catholique – qui précisait que « le temps était venu pour les Chrétiens de se repentir de leurs actions honteuses » envers la communauté juive.

La France, premier pays d’Europe à avoir expulser les Juifs

Le premier pays d’Europe à l’avoir fait et celui qui a servi de modèle à tous les autres c’est la France ! Philippe Auguste les expulse dès 1182 ! Mais le plus radical sera son petit-fils Saint Louis : obligation de porter un morceau de tissu en forme de rouelle, l’ancêtre de l’étoile jaune en somme, sans oublier pogroms et saisies de biens.

Les Espagnols et les Portugais ne sont que les derniers de cette liste noire qui a vu l’expulsion d’une grande partie les Juifs d’Europe occidentale. Mais au moins eux ont-ils pris les devants dans ce devoir de réparation.

En 2015, les deux pays ont chacun voté une loi permettant aux Séfarades, c’est-à-dire aux Juifs portugais et espagnols expulsés au XVIe siècle, de retrouver leur nationalité perdue.

2 min

Le Portugal n’a pas fixé de date limite pour cette démarche alors que l’Espagne leur a laissé quatre années pour se déclarer. En tout, près de 21 000 dossiers ont été approuvés en Espagne et il en reste une cinquantaine de milliers à étudier.