Frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud
Frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud
Frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud ©AFP - Ed JONES
Frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud ©AFP - Ed JONES
Frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud ©AFP - Ed JONES
Publicité
Résumé

La Corée du Sud vient de connaître une curieuse - et rare - défection vers la Corée du Nord. Un épisode rare et qui souligne les manquements de son armée à la frontière "démilitarisée". C’est l’histoire d’un homme qui a passé la frontière entre les deux Corées, et il l’a fait du Sud vers le Nord !

En savoir plus

C’est le monde à l’envers ! Samedi, un homme a effectivement passé la frontière pour se rendre en Corée du Nord. L’information a été confirmée dimanche par les autorités sud-coréennes et depuis hier, on connait même son identité.

D’abord, il ne s’est pas trompé de chemin : cet homme bien traversé avec la ferme intention de se rendre au Nord. Cette frontière dite « démilitarisée » qui sépare les deux frères ennemis est pourtant la plus armée et surveillée au monde.

Publicité

Elle fait 248 kms de long, quatre de large, elle est équipée de barbelés sur tout sa longueur, parsemée de pièges à tanks et d’environ deux millions de mines anti-personnelles. De plus, elle est de part et d’autre gardée par des dizaines de milliers de soldats lourdement armés.

On sait que depuis cette évasion, il était devenu homme de ménage et qu’il avait de grosses difficultés financières. Ce qui explique peut-être sa « re-défection ». Pour la plupart des transfuges nord-coréens, rien n’est facile en Corée du Sud.

On sait qui est cet homme et c’est assez embarrassant pour Séoul.

Il semble qu’il s’agisse d’un Coréen du Nord qui avait fait défection en novembre 2020. Il était déjà passé par cette fameuse « zone démilitarisée ». Il a donc pris le même chemin pour repartir.

La différence de niveau de vie entre les deux pays frères est abyssale : la Corée du Sud sera bientôt le 10e pays le plus riche au monde alors que la Corée du Nord est 125e, derrière le Burkina Faso.

Ça rend l’adaptation à la société sud-coréenne très compliquée.

On sait aussi comment il est passé, et c’est la seconde raison pour laquelle cette histoire est embarrassante : la défense sud-coréenne a mis plusieurs heures avant de s’apercevoir qu’un homme tentait de rejoindre le Nord. Ils ont déclenché l’alarme mais lorsqu’il était déjà trop tard.

En revanche, ils ont eu le temps de passer un coup de fil à leurs homologues nord-coréens pour les prévenir. Il valait mieux pour la sécurité du repenti parce que la Corée du Nord, elle, applique un strict protocole pour ceux qui tentent de passer cette frontière : tirer à vue !

C’est ce qui est arrivé en septembre 2020 : un Sud-Coréen s’est perdu en mer sur la zone frontalière maritime : les soldats nord-coréens l’ont abattu et ont brulé le corps ! Ils se sont ensuite excusés pour cette « bévue ». Ce qui là-aussi est extrêmement rare.

À lire aussi : Corée du Nord : dans la famille Kim, la sœur

Grace à ces chiffres, on sait que les deux tiers sont des femmes et qu’elles passent avant tout par la Chine. La zone démilitarisée, on l’a compris est bien trop gardée et dangereuse. Sauf que depuis deux ans, le nombre des défections a été divisé par cinq.

Le nombre de transfuges nord-coréens retournés au pays ne s'élève pas plus d’une trentaine depuis 30 ans

À lire aussi : Discussions Corée du Nord / Corée du Sud ?

C’est-à-dire depuis que la Corée du Sud publie des chiffres complets sur les arrivées nord-coréennes. Une trentaine de cas alors qu’en tout 33 800 Nord-Coréens ont fait défection vers la Corée du Sud.

C’est entièrement dû à la Covid19 : la Corée du Nord a bouclé toutes ses frontières, arrêté tout trafic commercial et interdit le tourisme.

Depuis deux ans, Pyongyang n’a donc pas volé son surnom de dernier « royaume ermite » de la planète… avec l’Érythrée, mais ce serait l’objet d’une autre chronique.

Références

L'équipe

Anthony Bellanger
Anthony Bellanger