Publicité
Résumé

Un vin ukrainien, un Beykush, vient de remporter une médaille d'or à Londres. Une première pour une viticulture millénaire dont les vignobles sont aujourd'hui pris entre deux feux. Récit.

En savoir plus

On ne parle que du blé, du tournesol ou de l’orge ukrainiens, alors que l’Ukraine c’est aussi une terre de vignobles et ce, depuis le IVème siècle avant l’ère commune.

Or, un vin ukrainien vient d’obtenir une médaille d’or au très prestigieux Decanter World Wine Awards à Londres.

Publicité

Je sais ce que vous allez me dire : les dés sont pipés, même une sombre piquette aurait obtenu un prix en cette année de guerre avec la Russie. Détrompez-vous : ce concours est extrêmement sérieux et les dégustations se font toutes à l’aveugle !

Le vin distingué est un Beykush, récolté et maturé non loin de Mykolaïef. C’est d’ailleurs dans ce coin au climat presque méditerranéen que se trouvent l’essentiel des excellents vignobles ukrainiens.

Mykolaiev, ville bombardée et coeur du vignoble ukrainien

Effectivement, Mykolaïef c’est ce port stratégique pour l’Ukraine et c’est surtout une ville qu’il faut absolument prendre si les Russes veulent ensuite s’ouvrir le chemin d’Odessa.

La région a donc été constamment bombardée et les vignerons du Beykush ont dû parfois travailler avec la peur au ventre. Plusieurs fois, ils n’ont plus eu accès à leur entrepôt qui s’est retrouvé entre deux feux.

Envoyer des bouteilles de Beykush au concours londonien a aussi été une aventure : d’abord, il a fallu livrer 6 caisses en Hongrie. Puis un Ukrainien de Londres a fait le voyage jusqu’à Budapest pour ramener dans deux valises la trentaine de bouteilles nécessaires pour concourir.

Un vin ignoré en Europe

Ni les vins géorgiens – alors que la 1ère trace archéologique de vinification a été retrouvée en Géorgie sur des jarres vieilles de 8 000 ans –, ni les vins moldaves – alors que la Moldavie est le pays au monde qui consacre le plus de terres arables à ses vignobles. Deux fois plus qu’en France !

La réponse à ce mystère est assez simple : la Russie ! L’essentiel des vins ukrainiens, moldaves ou géorgiens étaient - pendant la période soviétique et même avant – à l’unique destination du marché russe.

C’est encore le cas aujourd’hui des vins géorgiens dont les marchés principaux sont la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie. A eux trois, ces pays en achètent les trois-quarts. Mais ça change très vite, aussi vite que la guerre et la menace russe.

La guerre détourne les vins ukrainiens, moldaves et géorgiens de la Russie

Par exemple, en 2006, Moscou a imposé un embargo sur le vin moldave. Or ce petit pays frontalier de l’Ukraine exportait 80% de ses bouteilles en Russie. L’Union européenne, en solidarité, lui a ouvert ses portes. Aujourd’hui, 80% de ses vins s’écoulent en Europe.

Pour l’Ukraine, c’est la guerre en 2014 qui a fermé le marché russe. Les vins ukrainiens n’ont donc plus qu’une destination à l’export : l’Europe. Un travail donc récompensé par cette médaille d’or à Londres.

Références

L'équipe

Anthony Bellanger
Anthony Bellanger