Le match Prosek contre Proseco. Ici à Rome en septembre, un membre du sénat en septembre 2021 ©Maxppp - CLAUDIO PERI/EPA/Newscom
Le match Prosek contre Proseco. Ici à Rome en septembre, un membre du sénat en septembre 2021 ©Maxppp - CLAUDIO PERI/EPA/Newscom
Le match Prosek contre Proseco. Ici à Rome en septembre, un membre du sénat en septembre 2021 ©Maxppp - CLAUDIO PERI/EPA/Newscom
Publicité
Résumé

Les croates veulent obtenir une AOP pour leur cher Prosek. Les Italiens de la région productrice de Prosecco ne l'entendent pas de cette oreille

En savoir plus

Un vin délicieux, doux comme les coteaux de Dalmatie du Sud où il est produit. Les grappes – uniquement de raisin blanc – sont cueillies à point, puis doucement posées sur des claies pour être séchées au soleil d’automne et enfin pressées délicatement.

Un vin sucré et séculaire que, traditionnellement en Croatie, on achète pour la naissance d’un enfant et qu’on débouche le jour de son mariage. En Europe, jusqu’à présent, il est vendu sous le nom de Vino Dalmato.

Publicité

Mais les Croates ne veulent plus transiger : le vrai nom de leur vin est Prosek !

Pour entrer dans l’Union européenne en 2013, ils ont dû accepter d’en changer le nom, pour ne pas fâcher les producteurs italiens de Prosecco. Mais aujourd’hui, c’est fini !

Les croates prêts pour le combat !

Les producteurs de Prosek ont déposé fin septembre une demande d’Appellation d’origine protégée pour leur vin. Et ils ont de sérieux arguments à faire valoir :

  • 1/ leur vin est un liquoreux, alors que le Prosecco est un vin effervescent ! Pas de confusion possible !
  • 2/ Leur vin a été codifié 3 siècles avant son concurrent et néanmoins ami ! 

Le dernier argument est le suivant : les Italiens ont déjà été bien servis ! Le Prosecco dispose d’une AOP depuis 2009 et la région où il est produit, Frioul-Vénétie-Julienne, est même listée au patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom « Collines du Prosecco ».

Chianti, Prosecco : même combat de prestige

Pour le président de la Vénétie, Luca Zaia, ce qui est en jeu c’est « la destruction de l’histoire et de l’identité de notre région ». Mais eux aussi ont des arguments à faire valoir :

Avec le Chianti, le Prosecco est le plus célèbre des vins italiens : la confusion des noms ne peut que nuire à sa réputation. Ils redoutent aussi que si l’Union européenne donne son accord pour l’AOP Prosek, d’autres vins s’engouffrent dans la brèche.

Comme le Proseka, un vin italo-slovène cette fois. Il n’y a guère qu’une dizaine de petits producteurs du côté de Trieste mais eux vont encore plus loin : il serait vraiment à l’origine du Prosecco, qui est d’ailleurs le nom de leur village.

Des centaines de millions de bouteilles vendues

L’Europe instruit le dossier croate et a fait savoir que deux produits à consonance proche pouvaient bénéficier d’une AOP du moment que la confusion gustative n’était pas possible. Les Italiens, eux, ont jusqu’à la fin du mois pour s’y opposer.

Or, les enjeux sont énormes 

Il se vend 600 millions de bouteilles de Prosecco par an, deux fois plus que de Champagne 

C’est même le vin pétillant dont les ventes augmentent le plus au monde : +17% sur les 4 premiers mois de cette année. Donc pas question de jouer avec sa réputation et son prestige !

Références

L'équipe

Anthony Bellanger
Anthony Bellanger
Anthony Bellanger
Anthony Bellanger