Image tirée de la série "Christmas Flow"
Image tirée de la série "Christmas Flow" - Netflix
Image tirée de la série "Christmas Flow" - Netflix
Image tirée de la série "Christmas Flow" - Netflix
Publicité

Nous sommes le 3 décembre, il est temps de parler de Noël en séries, il faut dire qu'à la télévision, comme sur les plateformes de vidéo, Noël cela fait déjà un mois qu’on le fête. Mais pour quelles raisons faut-il fêter noël dès novembre ?

Regardez ... Netflix a lancé le 17 novembre dernier, Christmas Flow, une chouette série française en trois épisodes qui joue et déjoue les codes de la comédie romantique de noël, un classique. Idem pour Disney + qui depuis le 24 novembre, propose une série de noël et … de super-héros en six épisodes, l’histoire d’un célèbre héros d’Avengers, Hawkeye, œil-de-faucon, Clint Baron, l’archer. Il aimerait bien fêter noël tranquillou en famille, mais voilà, à New York, alors qu’il profite des lumières de la ville et d’un spectacle super-héroïque et féérique à Broadway…. Il va être rattrapé par son devoir. Tous les éléments du "christmas movie" sont présents dans cette série, une famille qui attend Noël, un père au front qui va tout faire pour être à la maison à temps, un héros confronté à son passé, une histoire de transmission et un bon paquet de chants de noël.

Une série de noël dès novembre c'est idéal pour se la jouer calendrier de l’avent et patienter jusqu’aux fêtes. Enfin, c’est ce que se sont dit les programmateurs en manque d’imagination. Une fois les tristounettes vacances de la Toussaint passées … Dès le 1er novembre, à la télé, tous les jours, pour réconforter le téléspectateur, une bonne sucrerie romantique ou familiale est diffusée, elle prend la forme d’un téléfilm qui coche tous les lieux communs attendus.  C’est, en général, l’après-midi et c’est parfait à l’heure de votre sieste, il y en a sur plusieurs chaines et ça ressemble à une pub Kinder, on y parle de magie, on entend des chansons de noël qui sentent plus la soupe que le chocolat chaud et … forcément… Y’a des grelots ! 

Publicité

Mais qu'est-ce qu'on y raconte ? C'est selon le téléfilm du jour : 

-       Un mariage princier sous un immense sapin de noël afin de se la jouer Sissi sous le soleil de Californie

-       Une tempête de neige qui oblige une famille désunie à se réunir pour se réconcilier dans un chalet sublime perdu dans les Rocheuses

-       Ou encore une rencontre hasardeuse de deux êtres que tout oppose mais qui finiront par se découvrir un goût commun pour … l’amour, les chocolats et les pulls moches ! 

Bref, rien de surprenant, nous sommes en terrain connu, un feu de cheminée, un sapin, de la neige, forcément de la neige, bref, comme le dit la chanson… des souvenirs de vieux enfants … Tout est là ... Une série, un téléfilm ou un épisode spécial de noël peut venir assouvir, d’abord et avant tout, nos instincts nostalgiques. Mais une nostalgie qui s’est construite sur des images d’Épinal et un passé forcément fantasmé qui a lui-même été nourri par des scènes vues et revues depuis plus de 70 ans à la télé, dans des séries ou des shows de variétés. 

Il faut dire que depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la façon de raconter, de mettre en scène et de fêter noël s’est développée au rythme des trente glorieuses, une période qui a vu la télé éclore et se populariser. Aux États-Unis, il n'est pas étonnant donc que ce vieil enfant d’Oncle Walt, qui a lancé Le monde merveilleux de Disney, son show télé dès 1954, participe à la mise en place des codes, mille fois revisités aujourd’hui, comme chanter avec des choristes du Londres Victorien depuis la Californie - oui Noël, c'est aussi le temps des paradoxes et les anachronismes  - ou que des séries britanniques, smart et punk, comme Dr Who, fondé en 1963, joue sur les codes du genre régulièrement tout en s'en amusant.