Mon cerveau anxieux : comment apprendre à mieux l'apprivoiser ?
Mon cerveau anxieux : comment apprendre à mieux l'apprivoiser ?
Mon cerveau anxieux : comment apprendre à mieux l'apprivoiser ? ©Getty - Aleli Dezmen
Mon cerveau anxieux : comment apprendre à mieux l'apprivoiser ? ©Getty - Aleli Dezmen
Mon cerveau anxieux : comment apprendre à mieux l'apprivoiser ? ©Getty - Aleli Dezmen
Publicité
Résumé

Aujourd'hui Christophe André interroge ce à quoi ressemble la vie sur Terre lorsqu’on est doté d’un cerveau anxieux et vous allez voir, c'est une belle histoire.

En savoir plus

"Personne ne se frappe autant que moi, et à propos de tout. Car n’importe quoi m’est prétexte à tourment. Et je n’y peux rien…"

Ces mots sont ceux du philosophe Cioran, mais ils auraient pu être les miens, tant mon cerveau anxieux m’a longtemps amené à me tourmenter pour toutes les choses de la vie. Comme je pense que nous sommes nombreuses et nombreux, parmi les humains, à être prédisposés à l’inquiétude, je vais vous raconter notre histoire commune, à mon cerveau et moi. Peut-être ressemblera-t-elle à la vôtre ?

Publicité

Il était une fois un petit humain venu au monde dans une famille de grands anxieux, et donc devenu grand anxieux lui aussi, par les lois conjuguées de la génétique et de l’environnement. Pendant longtemps il considéra qu’il était normal de se faire du souci pour tout. Puis un jour, ça commença à l’agacer, un peu comme Cioran, toujours lui, qui écrivait ceci :

Des vétilles promues au rang de réalité cosmique ! Je suis manœuvré par elles comme un insecte. Sentiment d’intolérable humiliation…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À quoi ça sert de chercher à comprendre ? Pourquoi on dit ce qu'on dit ? À quoi ça sert de chercher à comprendre ? Quand c'est fini c'est fini… Quand le soleil se lèvera demain Je serai déjà loin très loin Il faut se quitter en chemin N'y pense plus tout est bien… »

"N'y pense plus, tout est bien…" : plus facile à dire qu’à faire, c’est vrai

En tout cas, en continuant de travailler, le petit humain découvre que tout n’est pas si dangereux que son cerveau ne veut le lui faire croire. Au bout d’un moment, il s’aperçoit, et c’est encore Cioran qui le remarque, que nous, les anxieux, « nous sommes tous des farceurs : nous survivons à nos problèmes. » Il s’aperçoit - merci la méditation – que si on prend le temps de se poser, de respirer, d’observer et d’interroger nos inquiétudes au lieu de les croire sur parole, elles commencent à s’affaiblir, et à ressembler à des simples problèmes à résoudre, à des obstacles normaux sur le chemin d’une vie humaine.

Et c’est la dernière partie de l’histoire : le petit humain comprend qu’il est possible de coexister avec son cerveau anxieux ; qu’il est possible de l’apaiser, de le calmer, de lui parler doucement à l’oreille. Il s’aperçoit qu’il avance dans la vie, monté non pas sur une bicyclette docile qui obéit à chacun de ses coups de pédale ou de freins, mais sur un cheval qu’il faut apprivoiser et rassurer pour en tirer le meilleur : tel est le cerveau des anxieuses et des anxieux.

Mes deux messages du jour

Le premier est pour mes semblables, mes sœurs et frères en inquiétude : ne cherchez pas – même pas en rêve - à effacer toute anxiété de votre esprit. Apprenez plutôt à l’écouter poliment vous alerter, après lui avoir demandé de se calmer ; puis prenez le risque de décider par vous-même, sans la laisser vous diriger ; et jugez des résultats…

Le second message est pour les proches de personnes anxieuses : n’oubliez pas que les inquiètes et les inquiets de votre entourage n’ont pas le même cerveau que vous : le leur les fait vivre dans un monde parallèle où ils voient, bien avant vous, tous les dangers auxquels vous êtes aveugle.

Vous ne comprenez pas pourquoi ils se font tant de souci ? Mais eux ne comprennent pas pourquoi vous vous en faites si peu ! Ils n’ont pas besoin de Facebook et son Métavers, ils vivent déjà dans une jungle virtuelle pleine de menaces.

Alors, respectez leurs inquiétudes : les anxieux n’ont pas toujours tort, mais ramenez-les doucement dans le vrai monde, celui où tous les dangers ne surviennent pas forcément, et où existent des solutions à la plupart des problèmes. Ne contestez pas leur talent à détecter le négatif, mais aidez-les plutôt à voir aussi le positif !

Bon allez, une dernière petite sentence pour la route ; elle n’est pas de Cioran, non, mais de La Rochefoucauld, un de ses frères littéraires : « Il vaut mieux employer notre esprit à supporter les infortunes qui nous arrivent qu’à prévoir celles qui nous peuvent arriver. »

Au boulot les ami-e-s !

Références

L'équipe

Christophe André
Christophe André
Christophe André
Christophe André