La saga des humains - L'évolution de l'intelligence ©Getty - Westend61
La saga des humains - L'évolution de l'intelligence ©Getty - Westend61
La saga des humains - L'évolution de l'intelligence ©Getty - Westend61
Publicité
Résumé

Evelyne Heyer, biologiste, professeure en anthropologie génétique interroge l'intelligence humaine. Les mesures au XXe siècle ont montré que l’intelligence mesurée par le QI n’a cessé d’augmenter. D’environ 30 points de QI en 100 ans, ce que l’on nomme l’effet Flynn.

avec :

Evelyne Heyer.

En savoir plus

Sommes-nous plus intelligent qu’hier ?

Nous sommes clairement une espèce où l’évolution a favorisé le développement du cerveau ! Actuellement il y a deux théories complémentaires pour l’expliquer. 

Le cerveau écologique : elle est basée sur des études chez les Primates : plus la nourriture est diversifiée et compliquée à obtenir, plus le cerveau est développé : les primates qui ne mangent que des herbes ou feuillages ont un cerveau moins développé que ceux qui mangent des fruits. Il faut savoir retrouver les fruits lorsqu’ils sont murs et donc avoir une carte mentale élaborée. La chasse, le cassage des noix nécessitent encore plus de cerveau. Avec les outils, les anciens humains ont pu avoir accès à de la nourriture encore plus diversifiée qui en retour aurait favorisé un cerveau encore plus complexe, et donc de nouveaux outils. Bref une boucle de rétroaction positive. 

Publicité

Le cerveau social : plus on vit dans un grand groupe social avec des relations multiples, plus un cerveau complexe est important et il permet en retour de gérer des relations sociales plus complexes.

Et maintenant, comment l’intelligence évolue-t-elle ?

Dans les années 1930, on pensait que, inévitablement, elle allait diminuer. Cela partait d’un constat plus ou moins étayé : les familles les moins intelligentes, en bas de la hiérarchie sociale auraient plus d’enfants. Dit autrement, les moins intelligents se reproduiraient plus. Et on croyait alors, à tort, que l’intelligence était totalement transmise à la descendance, génétiquement. 

Donc les enfants, nombreux, des gens moins intelligents, le seraient à leur tour. Cela entrainerait inévitablement une diminution au fil des générations de l’intelligence. De cette idée les tentations eugénistes pour limiter la reproduction des individus en bas de la hiérarchie sociale avant la seconde guerre mondiale, ou à l’inverse au XXIé siècle, les politiques pour favoriser la reproduction des femmes dites les plus intelligentes comme au Japon ou en Corée du Sud.

Cette baisse d’intelligence s’est vérifiée ?

Et bien, non ! Contrairement à cette prédiction, les mesures au XXe siècle ont montré que l’intelligence mesurée par le QI n’a cessé d’augmenter. D’environ 30 points de QI en 100 ans, ce que l’on nomme l’effet Flynn. Pour rappel, un QI de 100 est « la norme », un QI de 70 est nommé « débilité légère ». Mais ce constat débouche sur un paradoxe. Si cela était exact, nos grands-parents, avaient un QI en moyenne de 30 points de moins, donc de 70, ils seraient donc tous des « débiles légers » au siècle dernier… 

L’hypothèse plus vraisemblable est que le QI n’est pas une mesure fiable de l’intelligence, mais c’est plutôt un score de réussite à des tests et au fil des générations nous serions meilleurs pour réussir ces tests. Il ne mesure pas l’intelligence créative, l’intelligence émotionnelle, l’intelligence pratique. Bref, difficile de savoir comment l’intelligence a évolué et encore plus dure de savoir comment ces intelligences vont évoluer. Mais il reste une chose sure : l’évolution a fait de nous une espèce intelligente, à nous de l’utiliser à bon escient !