Publicité
Résumé

Morgane Cadignan n'aime pas le réalisateur Jean-Paul Salomé et la comédienne Anne Parillaud, invités dans la Bande Originale pour la 38ème édition du festival de films policiers "Reims Polar".

En savoir plus

Anne Parillaud et Jean-Paul Salomé, je ne vous aime pas… Jean-Paul Salomé, quel exemple pour la jeunesse... J’ai toujours essayé de me convaincre que vendre de la drogue pour subsister n’était pas une bonne idée. Que c’était un parcours post bac qui manquait de noblesse et là BIM, vous le faites faire à Isabelle Huppert dans "La Daronne", bah moi je me sens pousser des ailes, je m’achète un faux carré Hermès, je mets des grosses lunettes et je vais à Barbès avec mon petit panier d’alcool frelaté. Aucun risque avec la police, ils m’apportent même des croissants en me disant : “Je vous ai adorée dans '37°2 le matin' “ … Pas compris. 

Je me dis que si Huppert le fait, ça ouvre la voie à une nouvelle sorte de deal un peu plus élégant. Qu’on peut assister à des défilés Dior et vendre de la drogue. Ah bah ça marche de ouf, la dernière fois les mannequins ont pris le shit pour du chocolat équitable, tout est parti en 5 minutes. 

Publicité

Mais on ne cessera jamais de le répéter : la fiction, c’est pas la vie. C’est bien pour ça qu’il y a de la fiction, il y a même des festivals dédiés à la fiction, comme la 38éme édition du film policier “Reims Polar“. Ah ça c'est pas une transition écrite par quelqu’un qui a pris des substances. Alors le festival se tiendra bien évidemment en ligne, putain c’est pas passé loin. Merci le Covid, vous étiez à ça de devoir aller à Reims. Non je plaisante, très jolie ville Reims, il y a beaucoup de maison de champagne à visiter et ensuite une sublime cathédrale dans laquelle aller vomir et demander pardon ensuite. Perso, j’ai pas demandé pardon à Dieu hein, j’ai demandé pardon au mec qui nettoie les bénitiers. 

Pour en revenir au festival, moi j’adore les polars, j’en lis souvent, j’en regarde aussi et à force, j’ai l’impression d’en vivre. C’est le souci avec les films noirs. Je pense que plus personne ne se gare à 3h du mat’ dans un parking sous terrain sans se dire “Et voilà, c’est comme ça que je meurs, donc.“ Et finalement tu ne meurs pas assassinée dans le parking, tu meurs en découvrant le prix de la nuit dans le parking. Merci Vinci immobilier, le meurtrier était le capitalisme depuis le début. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Morgane Cadignan
Production