vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Morgane Cadignan n'aime pas l'écrivain et psychanalyste Philippe Grimbert, invité dans la Bande Originale pour son ouvrage "Les morts ne nous aiment plus", paru chez Grasset.

En savoir plus

Philippe Grimbert je ne vous aime pas. Le 5 mai vous avez publié votre dernier ouvrage “Les morts ne nous aiment plus” et je suis assez d’accord avec cette idée mais le problème que j’ai, c’est que, en général, les vivants ne m’aiment plus trop non plus. Du coup, il faut que je trouve un entre deux, j’ai de très bonnes relations avec les gens dans le coma. Eux ils ne coupent pas la parole. Ils sont à l’écoute. Ils ne proposent pas de soirées auxquelles on n'a pas envie d’aller. Ils ne commencent pas des phrases par : “Alors je vais me faire l’avocat du diable mais…” Bref, ce sont des gens de qualité.

C’est bien de votre part Philippe de rappeler que les morts ne nous aiment plus parce que comme tout le monde, je me raconte de belles histoires avec des gens morts. Le décès fait toujours un peu ré-écrire l’histoire. Je dis des choses comme : “Jean-Charles et moi on avait une relation incroyable”. Alors que non, on ne pouvait pas se piffrer, mais maintenant il ne peut plus le dire. Ou alors il peut nous le dire mais il faut tirer les rideaux et installer un plateau de Ouija. Donc viens rétablir la vérité J-C. Déjà quand t’essayais d’écrire en abrégé par texto c’était imbitable mais alors là, pour faire une phrase entière du fond des enfers ou tu te trouves probablement, bonne chance !

Publicité

Non mais, il y a toujours ce truc de la mort qui efface les tensions entre les gens. Forcément à force de crier sous tous les toits que les meilleurs partent les premiers, tu es un peu contractuellement obligée de dire que celui qui est parti était super. Parce que d’une part, un éloge funèbre qui commence par : “En mourant avant nous tous, il nous prouve encore une fois qu’il était très autocentré. Et vues les compositions florales qui l’entoure, on sait désormais que la mort n’arrête ni l’amour, ni les gôuts de merde. “ C’est étrange. Et d’autre part parce que le deuil arrive avec son grand manteau de tabous et que tu ne peux pas bitcher sur les défunts. “Bitcher sur les défunts“ qui sera le titre de mon prochain ouvrage. Rien à voir avec mon autre ouvrage “Bécher sur les dauphins''. Petit guide pour entretenir son potager sur son cétacé.“

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Morgane Cadignan
Production