vidéo
Extrait de l'affiche du film "Demon Slayer : le train de l'infini" ("Kimetsu no Yaiba" en VO)
Publicité
Résumé

Pas vacciné avec ses deux pourfendeurs de démons, la séance de Thomas Croisière, hier, c’était…"Demon Slayer : le train de l’infini" de Haruo Sotozaki. Film qui, même sorti en pleine pandémie, rassembla 28 millions de spectateurs au Japon et rapporta déjà 500 millions de dollars au box-office mondial.

En savoir plus

C’est LE plus gros succès de l’histoire du cinéma japonais. Demon Slayer a décapité Chihiro et effacé Your name.

En première semaine, 350 000 français sont déjà allés le voir, dont trois dans les Hauts-de-France, un majeur (c’est moi) et deux mineurs, ce qui dans les Hauts-de-France n’est pas étonnant, rapport aux corons…

Publicité

Alfred : Ça fait quand même plaisir d’avoir une toute petite salle de cinéma, comme ça on est tranquille

Gaston : En plus, ça faisait sept mois qu’on n’était pas allés alors…

Alfred : Ca faisait du bien quand même

Gaston : C’était pour voir quoi déjà la dernière fois qu’on était allé ?

Alfred : "Lupin III"

Déjà un anime japonais, car Demon Slayer est l’adaptation au cinéma du manga Kimetsu no Yaiba – "la lame tueuse de démons". Un shonen, c’est-à-dire une histoire ciblant les adolescents de type couillu.

Cette série créée en 2016 et passé inaperçue lors de sa première édition en France sous le titre Les rôdeurs de la nuit est tout simplement le manga le plus vendu au Japon en 2019, 2020 et sans aucun doute 2021 et pourtant, pourtant, il est dessiné par une femme de 32 ans ! Koyoharu Gotouge. Même le Japon se barre en quenouilles.

Gaston : C’est l’histoire de trois chasseurs

Alfred : Trois chasseurs de démons évidemment

Gaston : Oui, de démons

Alfred : Qui sont envoyés en mission secrète dans un train parce qu’il y a eu beaucoup de voyageurs disparus à cause des démons on pense. Et il y a même un pilier, c’est-à-dire un maître qui sait bien contrôler le feu qui est envoyé avec les chasseurs.

L’action du film se situe juste après la première série de 26 épisodes que vous pouvez voir… pour éviter de prendre le train en marche – rapport que ça se passe dans un train - sur la plateforme Wakanim.

Si vous avez la flemme de tout regarder, vous pouvez… pour raccrocher les wagons – rapport que ça se passe dans un train - mater son tordant résumé Demon Slayer en 17 minutes sur la chaîne Youtube Re : take.

Si vous avez encore la flemme, allez consulter un médecin car j’ai l’impression que vous me faîtes une petite dépression.

Alfred : Alors le pilier, il démasque deux démons un peu pourris, de lune inférieure, et ensuite, il y en a un, un peu plus fort, mais toujours de lune inférieure

Gaston : Il n’est pas un peu plus fort, il est super balèze

Alfred : Ça va, c’est pas une lune supérieure

Vous vous doutez bien que mes deux otakus ont allégrement divulgaché cet affrontement ferré entre les démons et leurs pourfendeurs, trop emportés qu’ils étaient par leur enthousiasme.

Gaston : Je le conseille, je le conseille, je le conseille

Alfred : Je le conseille à 100%

Gaston : Je le conseille à 100%

Alfred : Même pour les bébés de 3 ans

Gaston : Même pour les bébés de 1 an

Gaston : Ça pourrait être un peu violent quand même.

De un an, alors vraiment pas, parce que bon, y a quand même des démons, du sang, des morts et surtout des combats hallucinants.

Gaston : J’ai aimé les combats parce que j’ai toujours aimé les combats, je trouve que le combat entre la (tousse) et le (tousse), c’est l’un des meilleurs combats que j’ai jamais vu en dessin-animé.

Et je peux vous dire qu’entre DBZ, Les chevaliers du Zodiaque, Ken le survivant, Akira et Naruto, on en a vu du combat ! Et ceux là valent le détour parce que :

Gaston : Bah, c’était qu’il y avait eu beaucoup d’action, que c’était long, que y avait vraiment des combats, des techniques, enfin tout ça quoi

Alfred : J’ai trouvé qu’il était trop classe quand il a fait la technique secrète. Yaaaaaahhhhhhh, proutchhhhhhhh

Ouais, proutch… Sayonara arigatō koe no kagiri et...

Vive le cinéma !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.