France Inter
France Inter
vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Thomas Croisière avait très envie de parler avec Alain Delon, d'écouter toutes ces paroles. Ils se regardent, comme pour la première fois…

En savoir plus

« C’est étrange, je ne sais pas ce qu’il m’arrive ce soir. Je te regarde, comme pour la première fois »

Oui, c’est étrange et moi j’ai envie de vous parler d’Alain Delon, mais pas de l’acteur car résumer l’albatros du cinéma français en 3 minutes n’est possible que pour les rageux de Libé qui, quand il sera trop tard, titreront Alain Deloin.

Publicité

Mais évoquer le chanteur, le temps d’une chanson, ça, ça se tente. Comme un Paroles Paroles au karaoké en mode irrésistible connard sur :

« Tu es d’hier et de demain, de toujours ma seule vérité »

Alain Delon n’a pas besoin de chanter pour séduire. Il parle. C’est ainsi qu’il conquit en duo Dalida, Nana Mouskouri, Shirley Bassey, et même Françoise Hardy

En 2006, Delon confirme son statut de demi-dieu du talk-over. Et même si « la vie est faite de morceaux qui ne se joignent pas », il en sort un en 1987, de morceau, avec le compositeur de Jeanne Mas et Steph de Monac’ et le parolier de François Feldman et Julie Pietri. Oui, on est dans du deep eighties

Delon fait une mise au point sur lui, comme le firent avec leur caméra Antonioni, Clément, Deray, Melville, Verneuil ou Visconti.

Mais son destin aurait pu être tout autre s’il leur avait préféré la chanson et Michel Sardou. Non, je n’essaye pas systématiquement de tout ramener à Michel, mais c’est pour Alain, rencontré sur le tournage de Paris brûle-t-il que le figurant Sardou composa les Ricains qu’il ne chanta pas

Il fallut attendre 1967 pour son premier 45 tours. Alain chante Laetitia, du prénom de la joyeuse héroïne des Aventuriers de Robert Enrico qui finit L, a, euh dans l’eau sur une musique de François de Roubaix

Son ami et voisin qu’il retrouvera sur Le Samouraï, Diaboliquement vôtre, Jeff ou Adieu l’ami. Mais en 1968, Le grand Alain rencontre Legrand Michel pour une reprise des Moulins de mon cœur longtemps restée inédite.

Et merci à vous Baptiste Vignol qui me l’apprîtes dans Schnock car avec cette version, vous fîtes ce week-end tourner tous les moulins de mon cœur.

Résultat, j’ai envie de revoir L’affaire Thomas Crown avec son pote Steve Mc Queen. Et puis surtout Mélodie en sous-sol, Le cercle rouge, Plein soleil, La piscine, Le clan des siciliens, La veuve Couderc, Borsalino, Rocco et ses frères, Le Professeur, Le Guépard, Les centurions, L’homme pressé, Monsieur Klein, L’insoumis et je me demande même si je ne vais pas me refaire Le Passage.

Pense à moi comme je t’aime Alain Delon et… 

Vive le cinéma d’Alain Delon !