France Inter
France Inter
vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Pas vacciné avec ses 2 immortels, la séance de Thomas Croisière hier c’était…"Highlander" de Russell Mulcahy, qui connut 4 suites et plusieurs séries spin-offs sur un principe : « Il ne peut en rester qu’un ».

En savoir plus

Gaston : La première réplique que papa nous a dite quand il nous proposait Highlander : « Les garçons, vous voulez voir un film où il y a des immortels qui se coupent la tête ? ». « Ouiiiiiii ». 

Pitcher, c’est un métier. 

Publicité

Gaston : C’est l’histoire d’un immortel…

Alfred : Sauf si on leur coupe la tête

Gaston : Des immortels dont le point faible pour mourir, c’est qu’on leur coupe la tête. Et en fait, il ne peut en rester plus qu’un à un moment. Et c’est celui qui aura la meilleure récompense, enfin toute l’énergie tout ça, j’ai pas très bien compris quelle est la meilleure récompense. 

35 ans plus tard, moi non plus. 

Tu décapites des mecs badass pendant des siècles et à la fin, tu gagnes la possibilité d’être mortel et de te reproduire. Tu gagnes… ma vie de merde. 

Gaston : Ce film, on voit plein de flashbacks ou à un moment tu vois, il est dans l’époque contemporaine, puis à un moment quand on change de plan. Juste on tourne la caméra et bien là on a genre une autre époque. 

Une époque comme le XVIème siècle en Ecosse car notre héros est natif des Highlands, d’où le titre. Et ce héros, c’est Christophe Lambert et je vous vois sourire, mais :

  • Qui a remporté le César du Meilleur Acteur en 1986 ?
  • Qui a tourné pour Cimino, Denis, Besson, Ferreri, Lelouch et les frères Coen ?
  • Qui a rapporté plus de 500 millions de dollars au box-office mondial ?

Christopher Fucking Lambert ! 

Gaston : Je vous raconte un peu le début, comment il est arrivé dans l’époque contemporaine et tout ça. Au début il a été blessé à la guerre contre le grand méchant à l’époque du Moyen-âge. 

Kugan qui est vraiment très très méchant 

Gaston : Tout le monde a cru qu’il était mort et bien là il revient tout tranquille dans le bar : « Salut ». Et donc eux ils disent qu’il a fait un contrat avec Belzebuth ou je sais pas quoi donc ils le rejettent de son village. 

Mais heureusement un autre immortel le rejoint. 

Gaston : C’est là où le mec trop classe entre en scène et puis après il lui apprend, il lui apprend. Et puis après, je ne vous dis pas le destin tragique qui lui arrive. 

Non, ne dis pas, mais le mec trop classe, c’est Sean Connery. 

Alfred : Les combats d’épées, j’ai trouvé qu’ils étaient bien. Comme on était allé à Carcassonne, il y avait un chevalier qui nous avait dit quand on sort des fourreaux les épées, ça fait pas « tching » parce que les fourreaux, ils sont en bois

Gaston : « Zwip » Pour éviter ces approximations, le réalisateur aurait dû recruter le médiéviste Jean-François Vassal qui nous fit visiter la cité de Carcassonne, mais je ne crois pas que la rigueur historique était sa première préoccupation. Mes enfants ont une ultime réclamation. 

Alfred : Le héros, il aurait pu éviter d’embrasser toutes les filles déjà, de toutes les époques, ce gros barbare. 

Toujours ce problème de bisous. Et c’est encore pire avec des partenaires multiples. Mais as-tu le choix quand tu es immortel parce que… 

Alfred : Des gens qu’on aime bien et bien ils meurent.

Gaston : Devant nos yeux alors qu’on nous on ne peut pas les rejoindre. Donc, c’est ça le problème. Par exemple, dans le Moyen-âge, il y a sa femme qui meurt. Lui, il reste pépouze jeune. 

« Qui veut vivre éternellement ? » beugle Freddy Mercury sur une composition de Brian May inspirée par le film, ce qui est un petit peu magique puisqu’on retrouve les titres d’Highlander sur l’album A kind of Magic de Queen.

Vive le cinéma !