Publicité
Résumé

Aujourd'hui, Thomas Croisière fête le 90ème anniversaire d'"I'm thru with love", cette chanson que fredonne Marylin Manroe dévastée par la fin de son idylle avec un capitaine de pacotille...

En savoir plus

« J’en ai marre de l’amour » chante dévastée Marylin Monroe au coeur du Certains l’aiment chaud de Billy Wilder en 1959.

Son idylle avec un capitaine de pacotille vient de capoter, alors c’est décidé : elle n’aimera plus jamais.

Publicité

Nous avons tous une scène de cinéma, une chanson, qui nous accompagne dans les moments de blues, et celle-ci, même si c’est du jazz, est la mienne.

Aujourd’hui, nous fêtons l’anniversaire d’I’m thru with love. 90 ans quand Marylin en aurait eu 95 la semaine dernière.

Miss Lee Morse l’enregistra avec ses Blue Grass Boys le 3 juin 1931. Le parolier s’appelle Gus Kahn. On lui doit aussi celles de: My baby just cares for me, Dream a little dream of me, ou It had to be you.

Et lorsqu’en 1931, il écrivit : « I have stocked my heart with icy frigid air », adapté par Boris Vian en « Laissez-moi ranger mon coeur au frigidaire », je ne pense pas qu’il se doutait qu’il marquerait l’histoire du cinéma.

Car cette chanson composée par le violoniste Matty Malneck et le clarinettiste Fud Livingston séduisit un autre clarinettiste que certains rêvent d’envoyer au violon :  Woody Allen. I’m thru with love est en 1996 le fil rouge de sa comédie musicale : Tout le monde dit I love you.

Il la fredonne à Venise, comme après lui Edward Norton, Alan Alda, Nathalie Portman et Goldie Hawn qui la chante au pied d’un pont Parisien avant d’entamer quelques pas de danse aériens avec un Woody hors d’haleine.

« Il nous restera toujours Paris » disait Bogey, mais non, il faut dire « Adieu to love, don’t ever call again », et d’autant plus, si tu joues Mary Jane Watson. Kristen Dunst la chante en 2007 à Tobey Maguire qui joue Peter Parker dans le Spiderman 3 de Sam Raimi. Spiderman, grand cinéphile, puisque très souvent, il se fait une toile.

Certains l’aiment chaud, Tout le monde dit I love you, Spiderman : 3 films, 3 salles, 3 ambiances pour un seul morceau car en utilisant un titre référencé, le réalisateur transmet instantanément une émotion, situe un contexte, identifie une époque.

Si vous entendez les Bee Gees et leur Stayin’ Alive, vous vous projetez immédiatement sur un dancefloor à la fin des années 70. Et vous avez très envie de rester vivant, rester vivant.

En entendant You can leave your hat on de Joe Cocker_,_ vous avez terriblement envie de jouer avec vos stores vénitiens et de balancer vos vêtements dans toute la pièce. Et puis sur Miss Robinson de Simon et Garfunkel, vous rêvez peut-être de déglinguer de la Milf, mais moi, je préfère sauter dans mon Alpha Spider pour aller reconquérir la femme que j’aime. Alors, si parfois vous en avez marre de l’amour, n’oubliez jamais que la musique et les films sont plus harmonieux que la vie et… 

Vive le cinéma !