Publicité
Résumé

Pas schtroumpfé avec ses 2 schtroumpfs, la séance de Thomas Croisière hier c’était…"La Flute à six schtroumpfs" des studios Belvision. Cet Hollywood européen du dessin-animé créé par Raymond Leblanc, le fondateur du Journal de Tintin, pour adapter "Les aventures de Tintin" d’après Hergé, puis les premiers Astérix...

En savoir plus

Gaston : J’ai adoré ce film parce que déjà il y avait de l’action, en plus ils étaient malins, j’ai bien aimé les schtroumpfs et ça me fait halluciner que c’est celui qui a écrit Johan et Pirlouit qui a inventé les schtroumpfs parce qu’en fait, je pensais que c’était quelqu’un d’autre qui avait inventé les schtroumpfs, mais non.

Et oui. Peyo inventa aussi le chat Poussy et le petit mais costaud Benoît Brisefer. En 1958, il dessine des petits lutins bleus dans La flute à 6 trous. C’est ainsi que s’appelait cette histoire quand elle parut dans l’hebdomadaire Journal de Spirou. Une histoire dans laquelle, Pirlouit, comme Guillaume Meurice hélas, aime jouer de la musique.

Publicité

Alfred : Il y a Pirlouit qui joue de la musique pourrie et après le lendemain, il y a un vendeur de musique, d’instruments de musique et qui fait : « C’est pour le seigneur Pirlouit » et donc du coup, le roi et Johan ils disent : « Vite ! Partez, partez ! Pas Pirlouit ! Pourquoi des instruments ? Vous êtes débile ». Et du coup il part, mais il a oublié une flute. A 6 trous. A 6 schtroumpfs

Car cette flute enchantée a été taillée par les Schtroumpfs

Alfred : Et Pirlouit voit la flute, alors il joue de la flute et il se rend compte que ça fait danser les gens et il y a un certain mec de Torchesac qui arrive et qui vole la flute à 6 trous, du coup ils vont essayer de récupérer la flute à 6 trous et les schtroumpfs vont les aider

Schtroumpf, nom inventé lors d’un dîner avec André Franquin, maître de la BD Franco-belge à qui mon fils Gaston doit son prénom.

Lors de ce dîner, Peyo, qui ne trouvait plus ses mots, demanda à Franquin : « Passe-moi le… le schtroumpf ». Franquin lui répondit : « Tiens voilà le schtroumpf et quand tu auras fini de le schtroumpfer, tu me le reschtroumpferas ». Hilares, ils schtroumpfèrent comme des schtroumpfs toute la soirée. Le Schtroumpf était né.

Alfred : Et en fait, il ne sait pas parler en schtroumpf Pirlouit. Pour frimer devant Johan il fait : « J’ai compris comment parler le langage et là, je vais leur demander un verre d’eau pour boire »

Gaston : Je voudrais un schtroumpf de schtroumpf pour schtroumpfer

Alfred : Et là, ils apportent un tournevis, des trucs et tout. Bah, il ne sait pas parler schtroumpf

Cette langue que des enseignants voulurent interdire car elle allait « désapprendre la langue française aux enfants » peut aussi se chanter.

Alfred :  Ah on va vous donner un schtroumpf, un schtroumpf pour schtroumpfer. Mais c’est pas un schtroumpf que j’ai demandé, c’est un schtroumpf de schtroumpf. Ah tenez, un schtroumpf de schtroumpf. Mais ce n’est pas ça que j’ai demandé, c’est un schtroumpf de schtroumpf pour schtroumpfer

Des chansons signées… Michel Legrand. Et oui, parce que, y a 2 ans, dans son hommage sur France Inter, y avait du monde pour parler des Moulins de mon cœur, et de La chanson des jumelles, mais personne pour nous rappeler C’est le Schtroumpf schtroumpf schtroumpf qui fait schtroumpf schtroumpf schtroumpf.

Le gars a quand même gagné 4 oscars. Au total, les films des Schtroumpfs ont rapporté plus d’un milliard de dollars au box-office mondial et on estime que les produits dérivés en ont générés plus de 6. Une très profitable histoire belge.

Vive le schtroumpf !