Conquête de l'espace. ©Getty -  Eric Meola
Conquête de l'espace. ©Getty - Eric Meola
Conquête de l'espace. ©Getty - Eric Meola
Publicité
Résumé

Les deux milliardaires américains, respectivement fondateur de SpaceX et d'Amazon, s'opposent pour la conquête de l'espace.

En savoir plus

A défaut de s’affronter sur Terre, les deux hommes d’affaires se bagarrent dans les étoiles : ils possèdent chacun leur entreprise de véhicules spatiaux. Un peu mauvais perdant, le patron d’Amazon est furieux contre Elon Musk qui a décroché un contrat de 3 milliards de dollars avec la NASA pour la conception d’un engin d’atterrissage lunaire. Il a porté réclamation devant l’administration américaine. Et Elon Musk, lui, se gausse sur les réseaux sociaux : Blue Origin, la société de Jeff Bezos a faire décoller ses fusées, tandis que la sienne, SpaceX, vient d’envoyer quatre astronautes vers la station spatiale internationale, dont Thomas Pesquet.

Prochaine étape selon Elon Musk : un homme sur mars en 2025. Il semble bien être le seul à y croire. Mais le milliardaire s’en fiche. Il adore transgresser les règles. La provocation est sa marque de fabrique. Et l’homme énerve de plus en plus de monde.

Publicité

Et c’est bien le problème avec Elon Musk, ses projets très futuristes inquiètent autant qu’ils fascinent…

Rarement, un entrepreneur aura autant exacerbé les passions. Il a fait fortune avec Paypal, revendu à eBay. Et son petit magot lui a permis, depuis, de multiplier les projets. Les plus connus sont SpaceX et Tesla, bien-sûr, la voiture électrique autonome. Là encore il joue la provoc' en promettant une voiture totalement autonome à brève échéance. Une hérésie pour beaucoup de spécialistes qui rappellent la longue liste des obstacles techniques et réglementaires à lever avec d’obtenir pareil résultat. La mort de deux passagers d’une Tesla Model S, il y a une dizaine de jours, au Texas, démontre à quel point cette technologie demeure faillible. Et plus récemment, le milliardaire a formulé un nouveau fantasme : créer, quelque part, un Jurassic Park, pas forcément avec des dinosaures, mais plutôt des nouvelles espèces animales. Peut-être le milliardaire songe-t-il aux futurs êtres hybrides qui seront issus du traitement de sa société Neuralink qui veut relier le cerveau à des circuits pour fusionner les intelligences artificielles et humaines… Le docteur Moreau applaudirait sans doute des deux mains.

Et l’homme d’affaires a aussi une vision très libertaire de notre futur…

Sa vision technologique qui s’appuie notamment sur le transhumanisme – l’homme augmenté - se mêle en effet à une conception très libertaire de notre monde à venir et de l’évolution des relations sociales. Il a pu en donner un avant-goût lors de la gestion de la pandémie de Covid-19 dans son usine Tesla, en Californie. Très en colère contre la mise en place de mesures de télétravail, il avait exigé de ses salariés qu’ils viennent au boulot. Le shérif local a dû intervenir. Elon Musk adore faire des étincelles. Il y a trois ans, sa société The Boring Company, initialement conçue pour révolutionner le transport urbain, avait commercialisé… un lance-flamme grand public au prix de 500 dollars. Le risque, à force de coups de provocation, serait que le génial inventeur ne se transforme en Docteur Folamour.