Ces animaux qui creusent des puits dans le désert ©Getty - Loomis Dean / Contributeur
Ces animaux qui creusent des puits dans le désert ©Getty - Loomis Dean / Contributeur
Ces animaux qui creusent des puits dans le désert ©Getty - Loomis Dean / Contributeur
Publicité
Résumé

Où évidemment aucun d’entre nous, aucun être humain ne s’aventurerait sans eau, puisqu’il n’y en a pas ou très peu ! Mais vous êtes-vous demandé comment font les animaux qui zonent dans le désert ? Après tout, eux aussi ont besoin de boire pour vivre...

En savoir plus

Et bien certains d’entre eux font une chose bien curieuse pour cela : ils creusent des puits ! Des éléphants, en Afrique, mais aussi des zèbres, des oryx gazelles (qui sont des bovidés très proches de l’antilope avec leurs 2 longues cornes), en Mongolie des ânes sauvages, ainsi qu'aux Etats-Unis, où les chevaux sauvages creusent également dans l'immense désert de Sonora entre l’Arizona et la Californie.

Et comment font-ils pour creuser des puits ?

Avec la trompe, le museau, et les pattes surtout, les images sont aussi étonnantes qu’impressionnantes. Les trous des ânes et chevaux sauvages américains, peuvent faire jusqu’à 2 m de profondeur pour atteindre les eaux souterraines. Et ce phénomène vient de faire l’objet d’une étude publiée dans le magazine Science, pour comprendre l’impact qu’il pouvait avoir sur le reste de la faune, et la flore. L’équipe, composée de chercheurs d’universités australienne, danoise et américaines, a observé trois étés de suite, avec l’aide de caméras, ce qu’il se passait une fois que les puits étaient creusés.

Publicité

Et alors ?

On voit défiler des lynx, des cerfs mulets (j’ai même repéré le sosie de Bambi), des oiseaux comme le geai bleu mexicain, des pécaris à collier (ce sont des porcs sauvages qui ressemblent à des sangliers), et même un ours noir ! Tous viennent s’abreuver, profitant du travail des collègues, equus africanus asinus et equus ferus caballus, les ânes et chevaux sauvages. Qui passent ainsi d’une mauvaise réputation aux Etats-Unis – celle d'espèces envahissantes – à celle d’ « ingénieurs de l’écosystème ». 

Parce que grâce à leurs puits, la densité d’eau en surface augmente de 300 % en moyenne avec des points d’accès évidemment multipliés, ce qui permet de réduire non seulement les distances à parcourir, mais aussi la concurrence (y’en a pour tout le monde ou presque) et la prédation (quand tout le monde boit au même endroit, il est facile de repérer ses proies). 

On a même vu des arbres pousser dans les puits abandonnés. Chapeau bas, donc, à ces équidés puisatiers, dont le travail est + que bienvenue au moment où vous le savez les ressources en eau ne cessent de diminuer, alors que les écosystèmes arides représentent 1/3 de la surface de la Terre !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Camille Crosnier
Production