A Londres, 300 bénévoles s’occupent désormais des 35 jardins du métro aérien, arrosés à l’eau de pluie avec des tuyaux alimentés par des panneaux solaires…
A Londres, 300 bénévoles s’occupent désormais des 35 jardins du métro aérien, arrosés à l’eau de pluie avec des tuyaux alimentés par des panneaux solaires…
A Londres, 300 bénévoles s’occupent désormais des 35 jardins du métro aérien, arrosés à l’eau de pluie avec des tuyaux alimentés par des panneaux solaires… ©Maxppp - Philippe Turpin
A Londres, 300 bénévoles s’occupent désormais des 35 jardins du métro aérien, arrosés à l’eau de pluie avec des tuyaux alimentés par des panneaux solaires… ©Maxppp - Philippe Turpin
A Londres, 300 bénévoles s’occupent désormais des 35 jardins du métro aérien, arrosés à l’eau de pluie avec des tuyaux alimentés par des panneaux solaires… ©Maxppp - Philippe Turpin
Publicité
Résumé

Un petit tour dans le célèbre métro de Londres où l'on cultive des herbes aromatiques, des arbres fruitiers, des légumes, et où l'on a installé des ruches ou des cabanes à oiseaux. De quoi redonner de la couleur et de la vie à des espaces souvent laissés à l’abandon par les exploitants.

En savoir plus

Oui presque aussi iconique que la Reine, avec son non moins célèbre "Mind the gap" entre le train, et "The platform", le quai ! Le "tube" londonien, plus vieux métro au monde il a 158 ans, qu’on appelle underground alors que plus de la moitié de son gigantesque réseau est aujourd’hui… en surface.

Et c’est justement là où l’ambiance est un peu plus bucolique. C’est furtif entre 2 trains, mais on ressent un calme bien réel car des jardins ont été installés le long du métro aérien, pour redonner de la couleur et de la vie à des espaces souvent laissés à l’abandon par les exploitants.

Publicité

Une façon de faire du concret face au changement climatique, du direct, car on le rappelle il n’y a jamais de petits gestes. 

Qui s’occupe alors de verdir le métro de la capitale anglaise ?

Une fondation dont le nom m’a d’abord fait penser à une boisson détox : Energy Garden, jardin d’énergie ou énergétique, comme vous voulez. C’est un projet coopératif, lancé il y a déjà 10 ans, mais pour lequel les bénévoles ont afflué ces derniers mois - pandémie oblige, vous savez qu’en Angleterre comme ailleurs, la connexion ou reconnexion à la nature a été précieuse pour beaucoup.

À Londres, 300 bénévoles s’occupent désormais des 35 jardins du métro aérien, arrosés à l’eau de pluie avec des tuyaux alimentés par des panneaux solaires… Et quand il reste de l’électricité produite, ce bonus est revendu aux exploitants du métro, qui compensent ainsi leur empreinte carbone, comme s'ils plantaient des arbres : ça permet de payer les plantations.

Et que trouve-t-on trouve dans ces jardins ?

3 min

C’est un festival et cela tranche franchement avec les engins de ferraille qui tracent à quelques mètres à peine : des maisons de hérissons, des cabanes de chauve-souris, des nids de martinets, et bien évidemment des ruches, dont les abeilles butinent juste à côté si elles le veulent puisqu’il y a, vous vous en doutez aussi, des fleurs à gogo. 

Des herbes aromatiques, arbres fruitiers, des légumes, qu’on cultive en bio, en se transmettant des connaissances entre bénévoles, c’est aussi le but de l’opération : courgettes, pommes de terre, ou topinambours suivant les saisons. 

Et puis, on n’oublie pas qu’on est au Royaume-Uni alors je vous ai gardé le meilleur pour la fin : du thé et du houblon, à partir duquel Energy Garden brasse sa propre bière ! Un peu loin, donc, de la boisson détox…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.