Leveil de soleil sur des champs de lavande
Leveil de soleil sur des champs de lavande
Leveil de soleil sur des champs de lavande ©Getty -  Amith Nag Photography
Leveil de soleil sur des champs de lavande ©Getty - Amith Nag Photography
Leveil de soleil sur des champs de lavande ©Getty - Amith Nag Photography
Publicité
Résumé

La chronique environnement qui sent bon la lavande ce matin !

En savoir plus

Ohlala vous êtes à deux doigts d’une pub pour de la lessive, vous ! Mais on part pourtant loin d’une machine à laver (“laver”, au passage, dont le mot lavande est un dérivé !) : nous sommes en plein milieu d’un champ de lavande ! Alors pour l’image, ce n’est pas encore tout mauve, puisque les fleurs ne sortent qu’à l’été. Et pour le son, tendons l’oreille… Non, les cigales ne chantent pas non plus, mais là c’est surtout parce qu’on n’est pas en Provence, Nicolas, mais à 6000 km… en Inde ! Tout au nord du pays dans les montagnes du Cachemire, où la culture de lavande se développe. Exemple sur les pentes environnant la petite ville de Doda : une trentaine de villages et 500 paysans ont décidé d’abandonner le maïs pour la plante aromatique.

Et pour quelle raison ?

Si je devais résumer, la lavande est pratique et résistante. Pratique parce qu’elle pousse sans problème même sur un sol peu fertile. Résistante, parce que la sécheresse ne lui fait pas vraiment peur. Très peu d’irrigation nécessaire pour la lavande une fois qu’elle est sortie de terre : ce dont elle a besoin, c’est de soleil. Et comme l’eau vient à manquer jusque dans ces montagnes-là, le choix a été vite fait face au maïs assoiffé. Bharat Bhushan, l’un des paysans indiens précurseurs, a gagné cette année un prix d’innovation pour cette culture adaptée au changement climatique, et a gagné de l’argent aussi : quatre fois plus de revenus en deux ans, ce n’est pas rien pour les agriculteurs indiens nombreux à être en grande difficulté. Revenus multipliés car la demande en fleurs séchées et en huile essentielle de lavande est grande. On appelle ça « l’or bleu »

Publicité

Qu’a-t-il de spécial, cet « or bleu » ?

Son odeur, bien sûr, le parfum est l’utilisation numéro 1… Mais le succès de la lavande repose également sur ses vertus thérapeutiques, reconnues dès l’Antiquité dans le bassin méditerranéen parait-il ! Cicatrisante, antiseptique, apaisante pour les piqûres ou brûlures…elle serait aussi très bonne pour lutter contre le stress ou les insomnies, sans parler du fait qu’elle éloigne les indésirables mites et poux (en plus elle fait briller les cheveux, les sites de conseils beauté sont formels Nicolas). Sachez que dans la majorité des produits que vous avez autour de vous il s’agit de lavandin, l’espèce la + cultivée, une hybride qui pousse en plaine, avec des épis très fournis, donc bien + productive… presque sept fois plus d’huile que la vraie lavande, la pure, Lavandula augustifolia qui pousse naturellement entre 800 et 1400 m d’altitude dans la garrigue… Qui elle - n’en déplaise aux lavandiculteurs indiens - n’est pas transposable dans les montagnes du Cachemire…