Le miel de Manuka, un nectar miraculeux ? ©Getty - picture alliance / Contributeur
Le miel de Manuka, un nectar miraculeux ? ©Getty - picture alliance / Contributeur
Le miel de Manuka, un nectar miraculeux ? ©Getty - picture alliance / Contributeur
Publicité
Résumé

Et je ne sais pas s’il est la star des miels, mais le miel des stars ça c’est sûr ! Madonna, Beyoncé, Gwyneth Paltrow ne jurent que par lui ; Scarlett Johansson se tartine le visage avec, pendant que Novak Djokovic en prend deux cuillères tous les matins au réveil.

En savoir plus

Et son prix est en totale cohérence avec tout ça puisqu’il se vend, en moyenne, 150 euros le kilo ! Sachant que ça peut monter jusqu’à 300 euros. C’est donc 10 à 30 fois plus cher qu’un miel classique produit en France par exemple.

Origines : qu’a-t-il de spécial pour avoir tant de succès ?

Il vient de Nouvelle-Zélande à l’origine. "Manuka" c’est le mot maori pour qualifier l’arbuste Leptospermum scoparium, un arbre à thé endémique aux jolies fleurs roses que les abeilles adorent butiner, donnant ensuite le miel à la robe « rousse, épaisse et délicieusement parfumée » je vous cite l’une des descriptions dans un article sur ce qui s’apparente clairement à un produit de luxe. Mais oubliez la gastronomie, je n’ai rien trouvé sur son goût : c’est pour ses bienfaits thérapeutiques que le miel de manuka est recherché, et le secret s’appelle MGO : méthylglyoxal, une molécule aux effets antibactériens, antifongiques et antipleindetrucs dont la concentration est 100 plus supérieure dans le miel de manuka que dans n’importe quel autre miel. Il serait efficace pour soigner les plaies, traiter les brûlures, l’acné, même les gastros ou les caries… 

Publicité

Certains médecins assurent aussi qu’il peut venir à bout du staphylocoque doré, bref un nectar quasi miraculeux. Qui n’a donc pas échappé aux as du marketing. Et ce miel de manuka est en train de mettre le bazar entre la Nouvelle-Zélande et sa copine Australie.

Pourquoi ?

Le pays des kangourous s’est mis à en produire car l’arbuste à fleurs rose pousse aussi là-bas, mais les kiwis assurent que ce n’est pas exactement la même espèce et que de toute façon ce sont eux les vrais producteurs historiques, premiers exportateurs mondiaux en valeur : 251 millions d’euros l’an dernier. Donc les néo-zélandais veulent déposer le terme maori, manuka, pour en obtenir l’usage exclusif. Autant vous dire que les australiens ne sont pas d’accord, vu la manne que cet or sucré représente. Un sommet pourrait être organisé entre les 2 pays pour régler la querelle. En attendant, si vous avez de l’argent à dépenser, vérifiez bien l’origine et les labels, il y a des contrefaçons qui circulent. Sinon, chers adeptes ou curieux de l’apithérapie (apis comme les abeilles) sachez qu'on n'a pas attendu le miel de manuka : Ramsès déjà soignait ses blessures avec du miel. En France le miel de thym parait-il est très bien, le meilleur, même. Moins tendance peut-être, mais moins cher, ET local !