Les pirates du plastique pour dépolluent la Méditerranée ©Getty -  Matt Porteous
Les pirates du plastique pour dépolluent la Méditerranée ©Getty - Matt Porteous
Les pirates du plastique pour dépolluent la Méditerranée ©Getty - Matt Porteous
Publicité
Résumé

A l’abordage moussaillon ! Alors on n’attaque pas vraiment un autre bateau par contre, mais des cibles disséminées, et sacrément nombreuses : les bouteilles, masques, mégots, paquets de chips et autres emballages, bref, tous les déchets qui viennent polluer la mer et ses alentours.

En savoir plus

Pirates du plastique nous sommes, Jack-Nicolas Sparrow, « pirates du plastique », nom d’une campagne lancée il y a quelques jours par le parc national des calanques pour faire la peau à ces indésirables que nous semons ici ou là, 80.000 tonnes par an en France dans la nature je le rappelle dont 10.000 tonnes finissent dans la Méditerranée, j’ai calculé pour vous donner une idée ça fait le poids d’une centaine de baleines bleues. 

Et quel est le plan d’attaque alors ?

Ramasser, pour commencer. Rendez-vous ce samedi au Frioul, ou aujourd’hui même à Port Miou, où des écogardes vous ferons aussi le guide sur la biodiversité du littoral. Des activités jusqu’à la fin de l’été dans les calanques et à Marseille, non seulement pour réparer les dégâts, mais surtout pour les éviter, en amont. Donc si vous passez dans le coin vous pourriez apercevoir l’un des voiliers de pirates écolos avec une grande voile bleue flanquée d’une tête de mort

Publicité

Des flottilles dont débarquent les pirates en paddle et en kayak pour aller à la rencontre des promeneurs et des adeptes du pique-nique et les informer. A commencer par ne laisser AUCUN déchet derrière soi, c’est la base, et ça n’est pas valable que dans les calanques, même un mégot jeté sur un trottoir à Paris termine dans l’eau. Et quand on sait qu’on en ramasse deux milliards chaque année dans la capitale ou 500 millions du côté de Marseille ça montre qu’on est loin du comportement exemplaire. 

Alors qu’avouez-le, franchement, c’est quand même pas si compliqué de mettre à la poubelle ou au pire de garder dans un sac pour jeter plus tard !

Que peut-on faire d’autre comme geste simple pour limiter cette pollution ?

  • Eviter les emballages plastique au maximum, et si ce n’est pas possible les mettre au recyclage (même si c’est pas la panacée).
  • S'équiper d'une gourde, bien sûr, et puis lancez-vous des petits défis, ne serait-ce qu’une matinée zéro déchet, ou en jeter un qui croiserait votre chemin au moins une fois par jour. 
  • Il existe aussi comme dans les calanques un tas d’opérations collectives de ramassage et de nettoyage à pied… ou en courant, le "plogging" cartonne depuis quelques années (c'est le verbe ramasser en suédois associé à jogging).

Pirates et sportifs alors là Nicolas on est parés pour l'été ! 

Le site des pirates du plastique