Les poissons-papillons peuvent sauver les récifs (ou tout du moins, leur caca)
Les poissons-papillons peuvent sauver les récifs (ou tout du moins, leur caca)
Les poissons-papillons peuvent sauver les récifs (ou tout du moins, leur caca) ©Getty - Sirachai Arunrugstichai
Les poissons-papillons peuvent sauver les récifs (ou tout du moins, leur caca) ©Getty - Sirachai Arunrugstichai
Les poissons-papillons peuvent sauver les récifs (ou tout du moins, leur caca) ©Getty - Sirachai Arunrugstichai
Publicité
Résumé

Des vrais, des poissons-papillons pour être exacte, magnifiques avec leur corps blanc rayé de jaune, presque doré, ou, variante, avec l’arrière jaune et noir, graphiques et stylés... Une découverte aussi cocasse qu’importante vient d'avoir lieu : leur déjection est un quasi miracle pour les récifs !

En savoir plus

Ceux qu’on a l’habitude d’admirer dans un aquarium ou - c’est mieux, dans leur milieu naturel - de voir trainer dans un récif de corail, en train de le grignoter… Car ces poissons se nourrissent de corail, ils passent leurs journées à nager au milieu des branches colorées en picorant par-ci par-là, un peu comme des abeilles qui butinent de fleurs en fleurs. Et des chercheurs de l’université de Rice, Texas, viennent de faire une découverte aussi cocasse qu’importante en suivant à la trace les poissons papillons : 

leur caca est un quasi miracle pour les récifs.

Publicité

Explications

Plongeons, les amis ! Nous sommes en Polynésie française à Moorea, dont les fonds sous-marins sont paradisiaques, et très étudiés par les scientifiques, comme le microbiologiste Carsten Grupstra, là, avec sa bouteille et ses palmes : il note scrupuleusement sur son bloc-notes étanche, les moments où les poissons mangent un bout de corail, puis guette ensuite quand ils vont déféquer, une fois par heure environ, "c’est tellement génial quand on peut y assister", dit-il plein d’enthousiasme, car après avoir récolté des échantillons, il a pu observer au microscope, et là, surprise : les déjections de poissons-papillons sont pleines de micro-algues, vivantes

Des algues symbiotiques essentielles à la survie du corail, ce sont d’elles qu’il se nourrit. Et en se baladant de récif en récif, les poissons larguent un peu partout ce trésor original, qui pourrait donc aider à la survie du corail. 

Pour quelle raison précisément ?

Parce que ces micro-algues sont un peu comme des probiotiques, dont les bébés coraux en particulier ont besoin. Et comme les trois quarts des récifs sont menacés dans le monde (alors que, je le rappelle, le corail est capital, il abrite 25% des espèces sous-marines connues), il est indispensable qu’il puisse se renouveler. Ces déjections pourraient même aider à soigner le blanchiment, le blanchiment qui tue le corail à cause du réchauffement climatique, et de nos crèmes solaires au passage… 

Mais pour en être sûr, qu’elles pourraient aider à se remettre de ce mal, il faut poursuivre les recherches. Et s’assurer de la survie des fournisseurs, les poissons, fournisseurs généreux puisque chacun d’entre eux répand avec son caca 100 millions de micro-organismes par jour, sur une zone qui fait la taille de 6 places de parking… 

Références

L'équipe

Camille Crosnier
Production