Le clocher du village englouti de Curon ©Getty
Le clocher du village englouti de Curon ©Getty
Le clocher du village englouti de Curon ©Getty
Publicité
Résumé

La chronique environnement où refont surface des villages engloutis ce matin !

En savoir plus

On parle partout de Curon dans les Alpes italiennes, et je suis sûre que vous connaissez Curon puisque même Netflix en a fait une série ! Non ? Curon, c’est un village dont, jusqu’à la semaine dernière, on ne voyait plus que le clocher dépasser de la surface d’un lac, image fascinante au passage… Un clocher dressé comme ça en plein milieu de l’eau, pendant que les 163 maisons du village (ou plutôt ce qu’il en reste après démolition) font glouglou en-dessous, submergées – cimetière compris – pour construire un barrage hydroélectrique, il y a 71 ans en 1950. Et voici donc les vestiges qui réapparaissent provisoirement, le temps de vidanger le lac artificiel.

Et il en existe beaucoup des villages noyés comme Curon ? 

Oui, et il y en a tant dans le monde qu’il est impossible de vous donner un chiffre, mais le journaliste Gérard Guérit racontait en 2019 dans son livre "La France des villages engloutis" l’histoire des 44 vallées sacrifiées au nom de la modernité, dit-il, rien que pour l’hexagone donc, à commencer par Tignes, en Savoie : la station de ski est en fait la petite sœur du village originel coulé en 1952 pour laisser place au plus haut barrage de France, 180m, non sans opposition de la population évacuée de force par les CRS… En Italie à Curon le prêtre de l’église avait même demandé au Pape Pie 12 d’intervenir ! En vain… Et ces submersions peuvent être encore plus récentes comme en Turquie où l’an dernier, en février, la cité antique d’Hasankyef, habitée depuis 12 000 ans, a fini elle aussi malgré la résistance par être transformée en lit d’un lac artificiel. Réapparu rapidement cela dit, en janvier dernier, mais pas parce qu’on l'a vidé cette fois...

Publicité

Et pour quelle raison alors ?

La sécheresse ! Sécheresse hivernale en Turquie... Mais aussi au Mexique avec, il y a quelques jours encore, un temple qui renait presque, dans le Nord de l’Espagne où les ruines de la caserne, de la pharmacie et d’un petit palais du village de Mansilla de la Sierra refont surface au grand bonheur des curieux – pendant que les anciens, délogés en 1960, parcourent les restes de rues le cœur plein de chagrin. Des villages fantômes qui sont partout, et très touristiques, en Angleterre, jusqu’en Australie, aux États-Unis, en Inde… Mais parfois ils ne ressurgissent pas, comme en Égypte dans la baie d'Aboukir ou encore ce site maya au fond du lac le plus profond du coin au Guatemala exploré avec attention par les archéologues plongeurs… Qui n’ont pas fini de découvrir des mondes engloutis, puisqu’on cherche en ce moment des villages vieux de 10 000 ans en mer du Nord.