Image de "Black panther : "Wokanda forever"
Image de "Black panther : "Wokanda forever" - Disney +
Image de "Black panther : "Wokanda forever" - Disney +
Image de "Black panther : "Wokanda forever" - Disney +
Publicité

C’est de chantage dont il est question ce matin... Avec dans le rôle du grand méchant : Disney ! Objet du chantage ? Son film “Blackpanther : Wakanda Forever”, un film qui a tout du blockbusters de l’année.

Le premier numéro avait rapporté la bagatelle d’un milliard 340 millions de dollars au box office. Autant dire que la suite fait saliver tous les exploitants de salles du monde.

Sauf sauf sauf… que Disney fait peser la menace de diffuser ce nouvel épisode de la franchise Marvel directement sur sa plateforme Disney+. Et ça uniquement en France ! Pourquoi ? Eh bien parce que la chronologie des médias à-la-française, chez Disney, ça les gonfle !

Publicité

Quel le principe de cette chronologie des médias ?

C’est un terme technique mais vous allez voir, c’est très simple : Il s’agit de l’ordre dans lequel les films sont exploités : cinéma ; DVD ; Canal+ ; Netflix et Disney+... et les chaînes gratuites en quasi bout de chaîne.

Ca c’est pour l’ordre, mais il y a aussi les timings.

Concernant Disney, il faut attendre 17 mois entre la sortie en salle et la mise en ligne sur sa plateforme. Et donc, vous l’avez compris, pour Disney, attendre presque 1 an et demi pour disposer librement d’un film qu’il a lui-même financé, c’est totalement inconcevable.

On peut les comprendre… sauf que si cette fameuse chronologie des médias est ainsi faite, c’est pour permettre à tout le secteur de rentabiliser la diffusion du film. Or ça, chez Disney, c’est le cadet de leurs soucis !

Mais si le système ne leur va pas, qu’est-ce qu’ils demandent ?

Disney veut avoir les mains libres. Faire comme ça leur plaît, quand ça leur plaît. En juin dernier, la patronne de Disney en France disait de la chronologie des médias française qu’elle est “inéquitable, contraignante et inadaptée”.

Ce que demande Disney est simple : disposer librement de ses films 1 an après leur sortie.

Malheureusement pour eux, c’est impossible pour deux raisons :

  • La première, c’est que Disney ne met pas assez d’argent dans le cinéma français pour prétendre à une fenêtre aussi avancée.
  • La seconde, c’est que lorsque les chaînes gratuites diffusent les films, elles ne veulent pas qu’ils soient en même temps disponibles ailleurs.

Encore une fois, c’est un peu technique mais tout est pensé pour préserver l’équilibre économique de toute une chaîne et pas juste d’un des acteurs.

Mais pour être sûr d’être bien entendu, Disney a déjà envoyé un premier avertissement : son dessin animé de Noël, Strange World, ne sortira que sur Disney+. Le coup a été rude pour les exploitants. Il faut savoir que les films Disney comptent pour un quart des ventes de billets en France !

Donc quand ils menacent de ne pas sortir le deuxième volet de Black Panther en salles, tout le monde tremble.

Pourquoi est-ce que ce film est à ce point important aujourd’hui ?

Parce que le cinéma va très mal.

En septembre, la fréquentation des salles a chuté de 20% par rapport à l’année dernière… et de plus de 30% par rapport à 2019. C’est en fait le plus bas niveau de fréquentation depuis 1980.

Depuis la crise sanitaire, les gens ne sont pas revenus au cinéma… Enfin si, une partie du public est revenu : les jeunes. Et pour voir quel film ? Des films de super-héros… Et Black Panther, c’est quoi ? Un film de super-héros calibré pour les ados.

Vous avez compris les termes du chantage…

Pour tenter d’y répondre, le cinéma français tient des états généraux aujourd’hui à Paris. Spoiler : il n’en sortira rien.

Quant à la suite…

Même si Disney décide finalement de la jouer réglo pour calmer les esprits… que Black Panther 2 sort bien en salles le 9 novembre… on a tous compris que de toute façon le système est à bout de souffle et que le rapport de force est en dans le camp des plateformes.

Est-ce que la France est réellement capable de réformer cette usine à gaz qu’on appelle la chronologie des médias ?

Au vue des intérêts divergents, il n’y a vraiment pas de quoi être optimiste !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.