Les jeunes regardent Netflix, et ses séries sont des sujets de conversations entre eux
Les jeunes regardent Netflix, et ses séries sont des sujets de conversations entre eux ©Getty - SOPA Images
Les jeunes regardent Netflix, et ses séries sont des sujets de conversations entre eux ©Getty - SOPA Images
Les jeunes regardent Netflix, et ses séries sont des sujets de conversations entre eux ©Getty - SOPA Images
Publicité

Quand votre réputation est écornée, quoi de mieux qu’une série sur Netflix pour se refaire la cerise… ?

C’est probablement ce que doivent se dire les éditeurs du jeu vidéo, “Cyberpunk 2077”.

Depuis une dizaine de jours, le nombre de joueurs a littéralement explosé sur les plateformes en ligne : entre le 13 et le 20 septembre, il a augmenté de 270% !

Publicité

Que s’est-il passé entre ces deux dates… vous me voyez venir… Netflix a tout simplement lancé la série “Cyberpunk : Edgerunners”... une série, inspirée de l’univers du jeu vidéo.

Une bouffée d’air frais pour ses créateurs après un lancement catastrophique à l’été 2020.

C’était sans compter sur Netflix…devenu la poule aux oeufs d’or pour l’éditeur du jeu : Il y a deux ans, il avait déjà fait exploser les compteurs de son jeu “The Witcher”, grâce à la série du même nom.

Un effet qui s’est ressenti jusqu’en en librairie puisque les ventes des romans ont aussi décollé.

Netflix est donc devenue un moyen de promotion

Ça commence en effet à devenir une habitude.

Un des exemples les plus flagrants, c’est évidemment la Formule 1. Depuis le succès de la série “Drive to survive”, la F1 vit un retour de hype sans précédent.

Il suffit de voir les audiences de Canal+ : +44% en deux ans pour les Grands prix ! Autre exemple…

Kate Bush… dont le titre Running Up That Hill s’est immiscé dans les playlists d’ados qui n’avait jamais entendu parler de la chanteuse anglaise…

Il aura suffit qu’elle soit diffusée dans le walkman d’un des personnages de Stranger Things… série diffusée par Netflix...pour que Kate Bush soit en tête des écoutes sur Spotify.

Et si je voulais tirer le fil… je pourrais aussi vous parler de ces clubs d’échecs qui ont vu revenir des adeptes après le succès du Jeu de la Dame…

Mais d’où vient ce pouvoir d’influence de Netflix ?

De son audience… de son nom… et de ce qu’il représente.

Et vous allez voir, tout se tient.

220 millions de personnes sont abonnées à Netflix…

Ce qui veut dire que près d’un milliard l’utilisent…et parmi eux, les jeunes !

Si la plateforme ne dispose d’aucune donnée personnelle sur ses clients, des études ont déjà montré que les ados consomment énormément ces contenus-là, en particulier.

C’est de ça dont ils parlent sur les réseaux sociaux… et de ça dont ils parlent dans la vraie vie.

Il FAUT connaître Netflix… il FAUT avoir Netflix…

et donc il FAUT regarder Netflix.

Et parce que les jeunes regardent ces séries, c’est là que naissent les tendances.

On fait souvent le reproche aux plateformes de fragmenter l’audience… de ne pas créer de souvenirs collectifs… preuve qu’on se trompe : la force de Netflix est telle aujourd’hui que les sujets de conversations des gamins tournent autour de ce qu’elle diffuse.

Ce que la bonne vieille télé n’est plus capable de faire… sauf en quelques occasions bien spécifiques… et, plus intéressant encore, ce que les autres plateformes ne parviennent pas toutes à faire non plus.

En fait, seule Disney+ tire son épingle du jeu... et grâce à une franchise dont raffolent les ados.

She Hulk…une nouvelle série Marvel…

Et du Marvel, Disney+ en produit des quantités industrielles !

Les plateformes façonnent aujourd’hui l’univers de notre inconscient collectif… c’est sans doute ça leur plus grande victoire… et sans doute ça, le plus grand risque pour les médias historiques.