Les carrières d'ocre de Roussillon, un faux air de Colorado en Provence. ©Radio France - Philippe Lefebvre
Les carrières d'ocre de Roussillon, un faux air de Colorado en Provence. ©Radio France - Philippe Lefebvre
Les carrières d'ocre de Roussillon, un faux air de Colorado en Provence. ©Radio France - Philippe Lefebvre
Publicité
Résumé

Devant les nombreuses incertitudes qui planent à propos de l’évolution de la situation sanitaire tant en France qu’ailleurs dans le monde, les Français pourraient très majoritairement rester en France l’été prochain.

En savoir plus

L’année dernière, souvenez-vous, le secrétaire d’état en charge du tourisme en pleine crise sanitaire nous demandait de faire preuve de responsabilités et en appelait au patriotisme touristique. En clair, Jean-Baptiste Lemoyne voulait faire en sorte que les vacanciers s’auto-confinent dans l’hexagone à la fois pour éviter la circulation du virus mais également pour soutenir les professionnels français du secteur.

Une majorité de français restera en France l'été́ prochain.
Une majorité de français restera en France l'été́ prochain.
© Radio France - Philippe Lefebvre

Cette année, il n’aura peut-être pas besoin à ces incantations patriotico-économiques car l’incertitude est telle sur l’évolution du virus que nombre de Français ne vont pas prendre le risque de voyager loin et ce d’autant plus que ceux qui avaient réservé, et parfois payé, des séjours via des tour operator ou des agences de voyages n’ont toujours pas revu leur argent (ils devront attendre au moins jusqu’à septembre).

Publicité

Alors l’été prochain sera donc très probablement français pour nombre d’entre nous et cela fait les affaires des entreprises du secteur qui remarquent de surcroit que les Français en vacances dans l’hexagone ont tendance à dépenser plus d’argent.

La tendance est telle qu’il n’est plus rare aujourd’hui de voir des tour operator ou des agences de voyages plutôt spécialisés dans les destinations lointaines proposer des circuits tout compris sur les bords de la Loire ou dans les Corbières.

Redécouvrir ce que l'on a sous les yeux, c'est le syndrome du parisien et de la tour Eiffel.
Redécouvrir ce que l'on a sous les yeux, c'est le syndrome du parisien et de la tour Eiffel.
© Radio France - Philippe Lefebvre

Enfin signe que : « la France est tendance » Hachette a publié un guide intitulé « Voir le monde sans quitter la France » qui nous montre que certains sites touristiques français ressemblent à s’y méprendre à des hauts lieux du tourisme international.

Bref plus que jamais nous allons redécouvrir ce que nous avons pourtant sous les yeux depuis longtemps « c’est le syndrome du Parisien passe tous les jours devant la tour Eiffel et qui n’est jamais monté au sommet » explique un professionnel su secteur.

Références

Programmation musicale

L'équipe