vidéo
Guillermo Guiz ©Radio France
Publicité
Résumé

Guillermo Guiz est enfin vacciné ! Il était temps ! La dernière fois qu'il avait attendu un truc aussi impatiemment, c’était son dépucelage, en 2017, et Leïla lui avait gâché la fête, en mode : « Je peux pas rester, j’ai mon cours d’accords toltèques »...

En savoir plus

Ca va les amigos ?

Hey, ça y est ! 

Publicité

« Quoi, t’as fait Fort Boyard, t’as ramené une clé ? »

Pas du tout, ça y est je suis vacciné : « il est des nôtres, il a reçu une dose de vaccin Moderna à Bruxelles hier après-midi dans le bras gauche et il est relativement content parce qu’il avait un peu peur du Covid quand même comme les autres ».

Il était temps, ce vaccin, la dernière fois que j’ai attendu un truc aussi impatiemment, c’était mon dépucelage, en 2017, et Leïla m’avait gâché la fête, en mode « Je peux pas rester, j’ai mon cours d’accords toltèques », j’avais fini seul dans la caravane, en plein Poitiers, tu parles d’un souvenir, les pires quatre minutes de ma vie.

On ne m’y reprendra plus, non là j’ai marqué le coup, pour mon vaccin, j’ai ramené du mousseux, ils m’ont piqué, j’ai sorti une baffle, direct, j’ai mis du reggaeton on a fait un pot. Franchement, dans l’ambiance, j’ai essayé de gratter une deuxième dose, j’ai dit aux médecins : les gars, je suis là, vous êtes là, vas-y, mettez-moi la petite sœur.

Ils m’ont dit : « Si on te met une deuxième dose, tu pourras pas assurer sur Inter demain, et nous, le personnel médical, on tient grâce à toi. »  

C’est fou, je ne savais pas à quel point j’étais important dans la lutte contre le Covid, moi je me disais : « Oui, bien sûr, je suis une sorte de guide, oui les gens m’envoient des poches de sang pour que je le bénisse », mais au fond de toi, hein, au fond de toi ? 

Blague à part, j’étais quand même un peu tendu en y allant, le dernier vaccin que j’ai fait dans ma vie, c’était le typhus, avant d’aller au Luxembourg, et j’avais eu une raideur dans le zgueug.

J’ai eu peur d’avoir le même effet secondaire, je me suis dit : « Si en plus j’ai mal au bras, je ne pourrai même pas… enfin, tu vois », c’était scary quoi.

Donc hier, j’arrive dans la cabine un peu anxieux, mais la dame qui vaccine me fait : « Non, Ernesto, fils d’un rouleau de printemps ! », je vous promets.

Je sentais qu’elle était troublée, je lui dis : « vous m’injectez quoi ? », elle me dit : « tu peux pas comprendre », ça m’a rassuré.

Sauf qu’apparemment, la première dose, ça ne te protège pas vraiment, t’es plus immunisé quand tu bois du Fanta. La vraie immunité, ça vient plus tard, genre 160 jours après la septième dose. C’est seulement à ce moment-là que tu peux ken avec ton pangolin, sans préservatif. Je le dis pour Daniel, il ne me croit pas, chaque fois qu’il va à Beauval, il se dit : « Il ne peut rien m’arriver, j’ai eu deux doses », tetetet, faut écouter France Info Daniel, et déjà laissez cette bête tranquille, elle n’ose rien dire à cause de votre voix grave, mais ça la met en porte-à-faux par rapport aux autres gens de son enclos.

Du coup je ne suis pas encore immunisé, par contre théoriquement j’ai déjà la puce 5G, je suis trop content, y’a l’Euro qui démarre vendredi, je vais regarder la Belgique en 4K, c’est idéal, dans le centre de vaccination, il y avait une borne, j’ai testé, ma puce elle marche mieux que le Bluetooth,.

En plus, j’ai demandé à ce qu’on me vaccine dans le poignet, je trouve que c’est plus facile pour parler à Bill, je lui ai fait : «  Bill, tomorrow, I’m going to France Inter », il me fait « I know, I know, no problemo, no problemo », genre ce matin j’étais sur le pot, je lui fais : « Bill, sorry for the noise », il me fait : « No problemo, no problemo », c’est fou, Bill, depuis qu’il doit contrôler le monde, il parle comme le sergent Garcia, tout pour brouiller les pistes;

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Guillermo Guiz
Guillermo Guiz
Guillermo Guiz
Production
Guillermo Guiz
Guillermo Guiz