vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Le problème avec la cryogénisation, c’est qu’à l’heure actuelle, il faut être légalement mort pour y accéder. Or, Guillermo Guiz veut se faire cryogéniser de son vivant, tant qu'il est bien physiquement...

En savoir plus

Ca va les amigos ?

Hey, je vais prendre des risques ce matin : « Quoi, tu vas t’engager politiquement, comme Guillaume Meurice pour la campagne de Xavier Bertrand ? »

Publicité

Pas du tout, et on salue Guillaume, on lui souhaite de réussir à rassembler la droite, je l’ai vu avec Jordan Bardella hier matin, ils sont cul et chemise ces deux-là !

Non, je vais prendre des risques sur le plan formel, ce matin je vais vous parler de cryogénisation, et on ne va pas se mentir, il y a bien moyen que je n’arrive pas à prononcer ce mot-là à tous les coups, il n'y a plus que cinq syllabes, c’est un mur, là j’ai l’impression d’être au pied du Mont-Blanc et de devoir grimper en Repetto.

Si je n’y arrive pas, vous m’aidez, OK ? Quand je dis « cryo », vous dites « génisation », « cryo »… « génisation », « cryo »… « génisation »... Putain, à qui je demande aussi… 

Mais pourquoi je vous parle de ça ? Parce que le film « Oxygène » d’Alexandre Aja vient de sortir sur Netflix, ça parle d’une jeune femme qui se réveille dans un caisson et que tout le monde semble avoir oubliée.

Au départ, je croyais que c’était un biopic sur la chanteuse Laam, qu’elle allait sortir du caisson en faisant : « Je veux chanter pour ceux qui sont loin de chez eux ! », et que tout le monde allait lui faire : « Mais c’était là que tu étais toi ! »

En fait pas du tout, c’est un thriller de science-fiction avec Mélanie Laurent.

L’intrigue donne envie de crever dans un poêle à bois, je ne suis pas allé au bout, alors que je suis fan de Mélanie Laurent, Mélanie Laurent, je l’aime d’amour, elle peut me demander de cacher un corps, Mélanie, si tu nous écoutes, n’hésite jamais, je l’ai déjà fait pour Leila, je commence à avoir mes habitudes à Fontainebleau, laisse-moi juste m’occuper de sa dernière commande, un certain L. Delahousse, et je suis à toi Mélanie.

Non, je vous parle de ça parce que je suis vraiment fasciné par le concept de « cryo »… « génisation », « cryo »… « génisation », « cryo »… « génisation »

Absolument ça commence à rentrer ! 

Bon, dans les films, on se fout de notre gueule, t’as toujours un mec qui se fait cryogéniser, il se réveille 150 ans plus tard comme une fleur, genre il n’a même pas la marque du coussin, c’est n’importe quoi, il sort du caisson en Fosbury…

Dans la vraie vie, ça se passe pas comme ça, déjà dans la vraie vie, dégeler un corps humain, ça prend quatre jours, comment je le sais ? C’est pas important ! 

Pour être précis, dans la vraie vie, quand on te cryogénise, on remplace ton sang par une espèce d’antigel et on t’enferme la tête en bas dans de l’azote liquide à moins 196 degrés.

Limite ça rappelle "Vivement Dimanche", j’ai vu la loge de Michel Drucker, c'est plus ou moins le même dispositif, Drucker on croit toujours qu’il dort dans un cercueil, tetetet, ça c’est le « on dit ».

Le problème, avec la « cryo ».. « génisation », la « cryo »… « génisation », putain on n’est pas aidés, c’est qu’à l’heure actuelle, tu dois être légalement mort pour y accéder.

Moi je veux me faire cryogéniser de mon vivant, tant que je suis bien physiquement. Là j’ai encore des érections… méritoires, j’ai pas dit infaillibles, y’a des jours où je me fais : « Ah bah on laisse tomber papa ? On veut encore lui mettre l’embarras ? »

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Guillermo Guiz
Guillermo Guiz
Guillermo Guiz
Production
Guillermo Guiz
Guillermo Guiz