Dans "Fez", un héros de jeu en 2D découvre une troisième dimension à explorer
Dans "Fez", un héros de jeu en 2D découvre une troisième dimension à explorer
Dans "Fez", un héros de jeu en 2D découvre une troisième dimension à explorer - Polytron Corporation
Dans "Fez", un héros de jeu en 2D découvre une troisième dimension à explorer - Polytron Corporation
Dans "Fez", un héros de jeu en 2D découvre une troisième dimension à explorer - Polytron Corporation
Publicité
Résumé

C'est un formidable jeu vidéo qui vient de ressortir sur Switch : "Fez", petit bijou du jeu indépendant. Au-delà du fait qu'on vous le recommande sans réserve, ce matin on va vous raconter l'histoire bien plus sombre de ce jeu et de son créateur Phil Fish, un personnage assez fascinant.

En savoir plus

C'est l'histoire d'un jeu maudit. Ce jeu, c'est "Fez". Et son histoire fait partie de celles qui ont façonné le monde du jeu vidéo, en particulier du jeu indépendant.

"Fez" raconte l'histoire de Gomez, un petit personnage tout rond et tout mignon, qui vit dans un univers de jeu vidéo pixelisé en deux dimensions. Jusqu'au jour où il va hériter d'un petit couvre-chef rouge, un fez, qui va lui révéler l'existence d'une troisième dimension et lui permettre de faire tourner son monde et d'en explorer toutes les facettes. En gros, alors qu'il ne pouvait jusqu'à présent voir que le mur de façade de sa maison, il peut désormais se balader sur ses côtés et même derrière elle. Un pouvoir qui va lui permettre de partir dans une quête aux dimensions insoupçonnées.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une idée originale qui a vite attiré l'attention des joueurs

En 2008, alors que le jeu est encore à l'état de simple projet, il est si ambitieux qu'il reçoit le prix "Excellence visuelle" à l'Independent Games Festival. Et c'est là que les ennuis commencent pour "Fez" et pour son créateur québécois Phil Fish (Philippe Poisson de son vrai nom).

Car le personnage principal de "Fez", ce n'est pas Gomez, c'est Phil Fish. Un créateur passionné, investi à 200 % dans son projet, pour lequel il a même quitté du jour au lendemain un poste chez Ubisoft.

Son parcours du combattant est passé à la postérité grâce au documentaire "Indie Game: The Movie", que je vous recommande, et qui suivait le parcours de plusieurs créateurs et de leur rapport à leur projet, au jeu vidéo et aux joueurs. Sauf que les rapports de Phil Fish avec une partie des joueurs ont toujours été... compliqués.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un développement infernal et une escalade dans les diatribes

"Fez" a fait sensation lors de sa première présentation et a créé une attente démesurée, donc une pression démesurée. Surtout pour une équipe de deux personnes (Phil Fish et son programmeur Renaud Bédard), noyée sous les messages, de moins en moins bienveillants au fil des années, se demandant quand sortirait enfin le jeu. Ce qui avait le don d'agacer Phil Fish, lui-même de plus en plus acariâtre.

Cette bataille durera quatre ans, et "Fez" s'est retrouvé coincé entre le caractère pas toujours facile de Phil Fish (visiblement en pleine dépression à la fin du développement) et des affrontements de plus en plus violents sur les réseaux sociaux.

Si le jeu est finalement sorti en 2012, encensé par la critique et les joueurs, c'est tout sauf un happy end. Phil Fish finira même, au terme d'une énième bagarre virtuelle particulièrement sanglante (impliquant notamment la diffusion de ses données personnelles), par annuler la suite de "Fez" et claquer la porte de Twitter en 2014.

Au final, peu de jeux ont autant le goût "du sang, des larmes et des pixels" (pour reprendre le titre d'un excellent ouvrage de Jason Schreier sur le sujet). Au-delà de ses indéniables qualités, de son inventivité folle, ce qui rend "Fez" si important, c'est que derrière son aspect mignon et relaxant, il est intimement lié à la cruauté dont est capable l'industrie qui l'a créé.

🎮 "FEZ" - Disponible sur PC, Mac, Xbox, PlayStation 4, iOS et Switch

Merci à Julien Baldacchino pour le doublage des voix

Bonus : les premières minutes du jeu en vidéo

Références

L'équipe

Olivier Bénis
Olivier Bénis
Olivier Bénis
Production
Olivier Bénis
Olivier Bénis