Capture d'écran de "Resident Evil Village", un excellent cru de la série de jeux vidéo horrifiques - Capcom
Capture d'écran de "Resident Evil Village", un excellent cru de la série de jeux vidéo horrifiques - Capcom
Capture d'écran de "Resident Evil Village", un excellent cru de la série de jeux vidéo horrifiques - Capcom
Publicité
Résumé

Retour très attendu d'une des plus grandes sagas horrifiques du jeu vidéo, ce huitième épisode de la série Resident Evil est non seulement un excellent cru, mais il est sans doute l'un des jeux d'horreur les plus réussis de l'histoire du genre. Un village qu'on n'est pas près d'oublier...

En savoir plus

Quatre ans après "Resident Evil VII", qui avait offert un coup de fouet salvateur à une série qui ne faisait plus trembler grand-monde, voici "Resident Evil VIII" ou "Resident Evil Village", suite directe du précédent (qu'il se propose tout de même de vous résumer si vous prenez le train en route). On y retrouve Ethan Winters, sa femme Mia et leur nouveau-né Rose, réfugiés dans une maison vaguement localisée en Europe.

Pas de happy end pour les Winters

Alors qu'ils dînent paisiblement, les lumières s'éteignent brutalement, et le corps de Mia est criblé de balles. Un commando, mené par Chris Redfield, l'ami d'Ethan, surgit et enlève sa fille. Ethan lui-même est assommé et emmené dans un fourgon... Il se réveille bien plus tard, dans la neige, à côté du véhicule renversé et de ses ravisseurs morts.

Publicité

Ethan marche péniblement à travers la forêt jusqu'à tomber sur un village, en contrebas d'un lugubre château. Un village où les cadavres s'amoncèlent et où les quelques habitants encore en vie ne le restent pas longtemps, traqués par des hordes de loups garous affamés (les premiers d'une longue série de créatures). Ethan survit miraculeusement à leur attaque et rencontre une étrange vieille femme, qui lui indique que sa fille est vivante... et en danger.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Seul, diminué, Ethan va se mettre à la recherche de sa fille, une quête dont il sait déjà qu'elle impliquera de lourds sacrifices. Quant au joueur, son objectif est de traverser tout ça sans se rouler en boule en pleurant sur son canapé.

Encore meilleur qu'un grand cru

On ne va pas faire durer le suspense plus longtemps : ce n'est pas juste un épisode réussi, c'est encore mieux que ça. Il pourrait même s'agir du jeu le plus réussi de toute la série, celui qui donne l'impression que les précédents étaient de simples expériences pour trouver la formule parfaite.

Le village du titre est un décor horrifique parfait, presque un personnage à part entière. Quant aux vrais personnages, de chair et (surtout) de sang, ils donnent une épaisseur inédite à la série. À l'image d'Alcina Dimitrescu, comtesse immortelle et homicide de 2m90, et l'un des croque-mitaines les plus terrifiants jamais imaginés.

"Resident Evil Village" propose ainsi toute une galerie de créatures issues de l'imaginaire collectif : en gros, si vous avez peur de quelque chose, c'est sans doute dans le jeu. C'est un train fantôme, mais un train de luxe ! L'Orient Express des trains fantômes, plein à craquer de surprises, toutes plus délicieusement mauvaises les unes que les autres. L'épisode précédent ouvrait une nouvelle voie, celui-ci y avance de manière magistrale, tout en y ajoutant des idées, une ambiance, une mythologie et un bestiaire fascinants. Sur la carte de l'horreur, ce village-là est désormais la capitale.

🎮 "RESIDENT EVIL VILLAGE" - Disponible sur PC, PlayStation 4 et 5, Xbox One et Series

Bonus : les premières minutes du jeu en vidéo

Références

L'équipe

Olivier Bénis
Olivier Bénis
Olivier Bénis
Production
Olivier Bénis
Olivier Bénis