Des images qui prennent du temps pour partager, vulgariser, et peut-être donner envie aux jeunes de se tourner vers la science - Compte Flickr de Thomas Pesquet
Des images qui prennent du temps pour partager, vulgariser, et peut-être donner envie aux jeunes de se tourner vers la science - Compte Flickr de Thomas Pesquet
Des images qui prennent du temps pour partager, vulgariser, et peut-être donner envie aux jeunes de se tourner vers la science - Compte Flickr de Thomas Pesquet
Publicité
Résumé

Chaque semaine, OLMA se connecte à la Station spatiale internationale pour prendre des nouvelles de Thomas Pesquet. Cette semaine, il est question de la peine que l'astronaute se donne pour donner à voir au public la beauté de l'espace, pour qu'il s'intéresse à la science et à la recherche. Il est aussi question des photos de Ludwig Wallendorff, et de "Challenge", un film de fiction russe tourné dans la station spatiale.

En savoir plus

Pourquoi Thomas Pesquet est-il plus connu que ses collègues astronautes ? 

Thomas Pesquet : "Je ne sais pas. Je suis le seul Français en ce moment à aller dans l'espace. Donc l'attention se focalise un peu sur moi. 

Mais la grosse différence provient aussi de mon travail sur la reconnaissance de ce que nous faisons par le grand public. 

Publicité

Beaucoup de mes collègues, le font quand ils ont le temps. Ils prennent des photos en mode automatique en regardant par la fenêtre. Moi, j'y passe deux ou trois heures par jour prises sur mon temps libre. On termine à vingt heures et on reprend à sept heures trente, le lendemain. 

Mes coéquipiers lisent, se reposent, pendant que je trie les photos. et que j'essaye de trouver des choses intéressantes à dire ou d'autres à expliquer. Sans forfanterie, mais aussi sans fausse modestie, la différence est que je me donne 100 fois plus de mal que les autres.

Quelles images préfèrent les fans ? 

1 min

Il y a les deux extrêmes. D'un côté les choses qui sont vraiment inaccessibles depuis chez eux : la rotondité de la Terre, les couchers de soleil et les aurores boréales, les tapis de lumière des villes, les Bahamas, les bleus infinis à 400 km d'altitude. 

J'essaie de leur prêter cette vision et leur faire partager. D'un autre côté, le public apprécie les choses de la vie de tous les jours : quand on rigole avec mes camarades d'expédition. Ceux qui nous suivent se rendent compte que c'est une aventure très humaine et qu'on a les mêmes relations dans l'équipage qu'on peut avoir dans une équipe de foot du village, ou dans n'importe quel groupe d'humains. 

Je pense que les gens se retrouvent un peu en nous. 

Nous n'avons pas l'ambition d'être les ambassadeurs de l'humanité. Mais si on peut être un peu représentatifs, que les gens se retrouvent dans ce que l'on fait, qu'ils réalisent que ce qu'on fait est pour eux... Ce sera bien !

L'important est de rendre visible la science et la recherche. C'est pourquoi, j'essaye de varier pour que les gens soient surpris ou étonnés. Le but est que les gens rêvent et qu'ils aient envie de se lancer dans des études scientifiques. J'essaye d'encourager les jeunes, surtout les filles, à se lancer dans ces types de carrière qui sont très variées."

La suite est à écouter....

L'équipe

  • Ecriture, préparation : Sophie Bécherel 
  • Réalisation : Agnès Cathou
  • Musique : Arno Alyvan 
  • Sound-design : Hervé Bouley 
  • Voix Olma : Emilie Blon Metzinger
  • Graphisme : Julien Mougnon

Pour écouter tous les épisodes de cette série, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS et Apple Podcast.