La matricaire
La matricaire
La matricaire ©Getty -  szjphoto
La matricaire ©Getty - szjphoto
La matricaire ©Getty - szjphoto
Publicité
Résumé

Le livre : Le jardin de Monet à Giverny de Gilbert Vahé (Gourouff Gradenigo)

En savoir plus

La matricaire ressemble beaucoup à la pâquerette ! 

Les deux plantes produisent en effet des fleurs très semblables avec leurs pétales blancs et leur coeur jaune. 

Autrefois, elle était aussi appelée espargoutte pour sa faculté à guérir les redoutables crises de gouttes. 

Publicité

Une armoire à pharmacie

Au XVIIIe siècle, les ouvrages de médecine lui consacrent beaucoup de place et précisent que son principal usage est alors pour les maladies froides et venteuses de la matrice, d'où son nom de matricaire. Elle provoque les mois aux femmes, chasse les vents et abat les vapeurs. 

Il est aussi écrit que la matricaire est efficace pour lutter contre les maux de dents, calmer les enfants agités, soigner les troubles digestifs... 

C'est une plante annuelle de la même famille que les asters et c'est le botaniste Linné qui l'a ainsi baptisé. 

C'est maintenant qu'il faut la semer, en terrine pour la repiquer ensuite en godet. La plantation se fait généralement en mai et la distance à respecter entre deux plants est de 30 cm. 

La matricaire a toute sa place dans le jardin d'autant qu'une fois installée, elle ne réclame pas d'eau et supporte la sécheresse un certain temps.