Aristide Briand à la conférence de Locarno, 1925
Aristide Briand à la conférence de Locarno, 1925 ©Getty - Hulton Deutsch / Contributeur
Aristide Briand à la conférence de Locarno, 1925 ©Getty - Hulton Deutsch / Contributeur
Aristide Briand à la conférence de Locarno, 1925 ©Getty - Hulton Deutsch / Contributeur
Publicité

Dans le personnel politique, il faut toujours distinguer ceux qui travaillent à la guerre de tous contre tous car leur ambition ne saurait s’accommoder de la paix et ceux qui travaillent à la paix tout en étant prêts à la guerre. Aristide Briand fit partie de ceux-ci.

Avec
  • Christophe Bellon historien, enseignant-chercheur à Sciences Po Paris, spécialiste de la vie politique française

Il est vrai que, venu de la gauche syndicale, il s’était retrouvé peu à peu au centre. Cela lui permit d’être vingt mois ministre, onze fois président du Conseil mais lui valut beaucoup de sarcasmes. S’il y a, en France, un Panthéon pour les gauches, à la rigueur pour la droite, il n’y en a pas pour le centre.

Initiateur des retraites ouvrières et paysannes et des assurances sociales, Il a été pourtant le principal acteur de la loi de séparation de 1905 qu’il a eu le mérite de ne pas concevoir comme une machine de guerre contre les religions. Président du gouvernement le plus long de la Grande Guerre, il a choisi de défendre Verdun. Privé de rôle ensuite par Clemenceau jusqu’à la fin du conflit, il reviendra en 1925 pour tenir le Quai d’Orsay six ans. Il choisira alors la carte de la réconciliation franco-allemande. Selon lui, notre pays n’est plus assez fort pour jouer au matamore : son rôle doit passer dorénavant par la coopération européenne.

Publicité

Clemenceau le moqua : c’est Clemenceau aujourd’hui qui attire de nouveau, les discours de notre Premier ministre en témoignent. L’effort de Briand qui avait suscité pourtant beaucoup d’espoir se brisa contre ce qu’il n’avait pas prévu : la grande crise économique, la montée des extrémismes. Après sa mort en 1932, un avant l’accession d’Hitler à la chancellerie, Claudel l’avait salué ainsi : « Quand l’Europe prit congé du bon sens, Briand prit congé de la vie. »

L'équipe

Jean Lebrun
Production
Jacques Sigal
Réalisation
Ilinca Negulesco
Collaboration
Frédéric Martin
Collaboration
Franck Olivar
Collaboration