France Inter
France Inter
Publicité

Il a grandi dans la mer - pas besoin de la nommer : pour lui, c'est évidemment la Méditerranée. Sur ses rivages, la gloire de la lumière emplissait les corps de joie.

Avec
  • Benjamin Stora Historien, auteur du rapport public "Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie" commandé en juillet 2020 par le président de la République

C'étaient les Noces à Tipasa.

Mais il y a aussi l'histoire. Elle n'explique ni l'univers naturel qui existait avant elle ni la beauté qui est au-dessus d'elle.

Publicité
Albert Camus
Albert Camus
© CC BY SA Robert Edwards

Cependant, elle est là. Camus se demande ce que signifie le silence des arabes au café maure. Et pourquoi, en Kabylie, ces enfants misérables qui devraient être à l'école et qui disputent aux chiens le contenu des poubelles ?

Avant guerre, après guerre, il multiplie les avertissements. C’est en vain aussi qu’il dénonce en 1955-1956 les nouvelles noces qui se célèbrent maintenant en Algérie: celles, sanglantes, du terrorisme et de la répression.

Il finit par dire en recevant le Nobel de littérature en 1957 : "Je crois à la justice mais je défends ma mère avant la justice" . Il ne choisit pas le silence, il y est contraint parce qu'il est mal entendu.

Depuis, le temps a accompli son œuvre. Aujourd'hui, en France, Camus, qui serait centenaire, échappe de peu à la panthéonisation. Et en Algérie, il commence à sortir du purgatoire.

Evénement(s) lié(s)

Camus par Abd al Malik au Grand Théâtre de Provence

L'équipe