Hans Hartung (1904-1989) le peintre mouvementé

Hans Hartung et André Malraux lors de sa rétrospective en 1969
Hans Hartung et André Malraux lors de sa rétrospective en 1969 ©Getty - Alain Nogues
Hans Hartung et André Malraux lors de sa rétrospective en 1969 ©Getty - Alain Nogues
Hans Hartung et André Malraux lors de sa rétrospective en 1969 ©Getty - Alain Nogues
Publicité

Hartung se refusa longtemps à improviser... mais à partir des années 1960 il commence à changer de méthode. L’essentiel désormais, c’est le geste qui lance la trace sur la toile. D’autant qu’il s’accompagne d’outils impressionnants : le balai de genêts, le pistolet de carrosserie voire la sulfateuse...

Avec
  • Thomas Schlesser Historien de l'art, directeur de la Fondation Hartung-Bergman, professeur à l'École polytechnique.

Pour sa réouverture, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris expose quelque 400 œuvres de Hartung, de toutes dimensions.

Dès l’entrée, le ton est donné : des aquarelles de très modestes dimensions voisinent avec une très grande toile. Celle-ci date de la dernière année de la vie du peintre tandis que les aquarelles datent de ses débuts dans l’abstraction, en… 1922.

Publicité

Hartung se refusa longtemps à improviser : dans ses toiles il reportait par agrandissement au carré ses motifs initiaux de petite taille.

À partir des années 1960 et plus encore quand il s’installe, en 1973, dans un vaste atelier au cœur d’une nouvelle maison à Antibes, il commence à changer de méthode. L’essentiel maintenant, c’est le geste qui lance la trace sur la toile. D’autant qu’il s’accompagne d’outils impressionnants : le balai de genêts, le pistolet de carrosserie voire la sulfateuse. Le geste est d’autant plus fort qu’amputé de la jambe dans les combats de Belfort fin 1944, Hartung a longtemps marché avec des béquilles : ses bras y ont gagné en puissance.

La maison et l’atelier d’Antibes qu’il partage avec Anna-Eva Bergman ouvrent largement sur la nature mais Hartung aime travailler dans le noir de la nuit, enveloppé de musique.

Une Fondation s’est installée sur le site qui a déjà constitué une base documentaire impressionnante sur les œuvres conjointes de Hans et d’Anna-Eva. Elle va s’ouvrir de plus en plus au public. L’invité de La marche de l’histoire en est le directeur, Thomas Schlesser.

► Exposition Hans Hartung la fabrique du geste du 11 octobre 2019 au 1er mars 2020 au Musée d'Art Moderne de Paris

► Le site de la Fondation Hartung Bergman

Bibliographie

  • Hans Hartung Catalogue d'exposition au musée d'Art Moderne de Paris Paris-Musées
  • Fabrice Hergott (dir.) Beau geste : Hans Hartung, peintre et légionnaire Gallimard
  • Pierre Wat Hans Hartung, la peinture pour mémoire Hazan
  • Hans Hartung Autoportrait Presses du Réel

Filmographie

  • Yves Kovacs Hartung, Hans : Hans Hartung, du geste à l’infini 
  • Romain Goupil Hans Hartung, la fureur de peindre 

Discographie 

Concerto italien de J.S. Bach par Alfred Brendel

L'équipe