Le Bosquet du Théâtre d'Eau dans les jardins de Versailles - peinture anonyme du début du XVIIIème siècle
Le Bosquet du Théâtre d'Eau dans les jardins de Versailles - peinture anonyme du début du XVIIIème siècle
Le Bosquet du Théâtre d'Eau dans les jardins de Versailles - peinture anonyme du début du XVIIIème siècle ©Getty - DE AGOSTINI PICTURE LIBRARY
Le Bosquet du Théâtre d'Eau dans les jardins de Versailles - peinture anonyme du début du XVIIIème siècle ©Getty - DE AGOSTINI PICTURE LIBRARY
Le Bosquet du Théâtre d'Eau dans les jardins de Versailles - peinture anonyme du début du XVIIIème siècle ©Getty - DE AGOSTINI PICTURE LIBRARY
Publicité
Résumé

La versaillologie traditionnelle est accoutumée à chanter le triomphe de Louis XIV sur la nature : de même qu’il touche les écrouelles, il fait surgir l’eau vive. Le roi-machine, le roi-tuyaux fait construire des rigoles et des canaux. Le roi-chasseur des murs pour retenir le gibier...

avec :

Grégory Quenet (Professeur d’histoire de l’environnement à l’université de Versailles-Saint-Quentin).

En savoir plus

📚 RÉVISIONS BAC - Vous êtes lycéen et vous tenez à profiter au maximum du temps libre dont vous disposez pour réviser votre bac ? Retrouvez tous les épisodes de La Marche de l'Histoire en lien avec votre programme, pour enrichir vos connaissances.

Rediffusion du 01/09/2015

Publicité

On peut toujours compter sur Saint-Simon pour faire descendre Louis XIV de l’échelle de la gloire.

La versaillologie traditionnelle est accoutumée à chanter le triomphe du souverain sur la nature : de même qu’il touche les écrouelles, il fait surgir l’eau vive, les perspectives de ses jardins débouchent sur un pays qui est aussi bien dessiné qu’eux etc. Le petit duc, évidemment, n’est pas convaincu qu’en matière d’aménagement, l’action du grand roi soit plus juste que dans d’autres.

Qu’est-ce que ce domaine sans terre, sans bois, sans eau, demande-t-il avec la pointe d’exagération qui fait son charme ? Il constate aussi qu’une fois l’eau venue à grands frais, elle est vite polluée de mille façons. Et que dire des animaux ? On réussit à les rendre nombreux pour la chasse mais à peine est-on dans un cycle favorable pour le gibier qu’il se retourne illico.

Le roi-machine, le roi-tuyaux fait construire des rigoles et des canaux. Le roi-chasseur des murs pour retenir le gibier. Il n’empêche : des flux d’eaux, d’animaux entrent, sortent, se régénèrent, avec lesquels il faut négocier par arrangements, expérimentations, au gré de difficultés qu’on n’avait pas anticipées. Saint-Simon, qui regardait toujours en arrière, serait content de nous entendre dire dans notre langage d’aujourd’hui qu’il ne peut y avoir d’absolutisme environnemental.

Bibliographie

  • Le château de Versailles écrit par Pierre Verlet (Fayard)
  • Introduction à l'histoire de l'environnement écrit par Grégory Quenet (La Découverte)
  • Versailles. Le roi et son domaine écrit par Vincent Maroteaux (Picard)
  • Qu'est-ce que l'histoire environnementale ? écrit par Grégory Quenet (Champ Vallon)
  • Versailles, une histoire naturelle écrit par Grégory Quenet (La Découverte)
  • Les tremblements de terre aux XVIIe et XVIIIe siècles. La naissance d'un risque écrit par Grégory Quenet (Champ Vallon)
  • Jardins et jardiniers de Versailles au grand siècle écrit par Dominique Garrigues (Champ Vallon)
Références

Programmation musicale

  • 14h58
    INSTRU "Bunny"
    INSTRU "Bunny"
    TOURIST
    INSTRU "Bunny"

L'équipe

Jean Lebrun
Production
Frédéric Martin
Collaboration