France Inter
France Inter
Publicité
Avec
  • Cécilia Suzzoni Professeur en khâgne

C'est un des exploits du latin que d'être resté langue d'échange dans l'Eglise catholique. Sauf que la prouesse ne tient plus ses promesses. Lorsque, le 11 février, Benoit XVI a annoncé sa renonciation "au ministère d'évêque de Rome", le cardinal Jean-Louis Tauran a ainsi dû avouer qu'il lui avait fallu un long moment pour comprendre.

Mosaïque avec inscriptions latines de la basilique d'Aquilée en Italie - IVe siècle
Mosaïque avec inscriptions latines de la basilique d'Aquilée en Italie - IVe siècle
© cc - Wolfgang Sauber

Et c'est ce même cardinal français, qui dit lui-même avoir un peu perdu son latin, qui a prononcé l'attendu "habemus papam" ! Il est vrai que le nouveau "successeur de Saint-Pierre" appartient à la Compagnie de Jésus. Mais jusqu'à quel point a-t-il gardé l'empreinte des "humanités" ?

Publicité

Tout de même ! Son association avec l'Eglise n'était déjà pas très porteuse, en termes d'image... Si, de surcroît, le latin ne sert plus vraiment la communication dans l'Eglise !

Le dernier bastion où il était encore langue d'usage tomberait-il, reste au latin le rôle de langue cultivée. Ce qui n'équivaut pas obligatoirement à se tenir dans l'obscurité, avec la discrétion requise des langues mortes !

Evénement(s) lié(s)

Huitième Festival européen latin-grec

L'équipe