Un portrait de Louise Michel, 1871
Un portrait de Louise Michel, 1871 ©Getty - Apic
Un portrait de Louise Michel, 1871 ©Getty - Apic
Un portrait de Louise Michel, 1871 ©Getty - Apic
Publicité

Louise Michel dans nos mémoires, c’est la Grande Citoyenne, robe noire et écharpe rouge. En mars 1871, à Paris, pendant la Commune, des noms nouveaux ont surgi, appelés à retentir longtemps. Parmi eux, celui d’une institutrice, passionnée de Victor Hugo, animée par un amour de l'art, et fervente républicaine. Le sien.

Avec

Louise Michel, artiste-révolutionnaire 

Ce n’était pas le souhait de Louise Michel de survivre à l’assaut des Versaillais ni ensuite d’échapper à la condamnation à mort. En 1873, elle est déportée en Nouvelle Calédonie où elle reprendra son enseignement. Elle apprendra surtout beaucoup de la mer et d’un nouveau continent en train d’émerger, l’Océanie.

De retour en 1880, elle va, pendant le quart de siècle qui lui est encore donné, multiplier les articles, les interventions, les conférences. Infatigable Louise Michel.

Publicité

Mais pour tenter de composer son portrait, il faudrait un chœur. Pour échapper au vieux monde qui s’écroule et entrer dans le nouveau, elle dessine, elle écrit des chants voire des opérettes et surtout, fille des légendes disparues, elle écrit des contes. La révolution en contant… Et elle publie des romans.

Et ses contes et ses romans rencontrent un public populaire. Il faut lui offrir tout - art, musique, littérature, sciences – pour que la  beauté éclose dans le monde à naître. La révolution, c’est « on fait la Belle »…

Pour connaître vraiment Louise Michel, il faut de nouveau la lire

Claude Rétat a beaucoup écrit sur Louise Michel et est l'auteure d'un recueil de contes La révolution en contant et Art vaincra Louise Michel, l'artiste en révolution, le dégoût du politique (Bleu autour). Au micro de Jean Lebrun, Claude Rétat revient sur l'importance qu'a représenté la passion artistique dans la vie de Louise Michel et dans ses actions de militante. 

Une rhétorique artistique de la Révolution et de ses idéaux

Louise Michel écrit La commune en 1898, dont tout le récit est baigné par cette idée des revenants des morts de la commune. On voit pénétrer les thèmes folkloriques de l'enfance et le vécu de la Commune. Un longue exode marqué d'épreuves de grèves qui sont à la fois des rêves, mais des réalités terribles. C'est à la fois l'exode et la genèse parce que va surgir, au bout du chemin, la Libération qui sera comme un printemps. 

D'autres hommes surgiront, qui seront différents physiquement, moralement, socialement

- Louise Michel. Extrait de L'ère nouvelle (1887)

Toute sa pratique s'oriente vers un idéalisme assumé

Le grand modèle de Louise Michel, c'est Charles Fourier. Tout le monde sait que Louise-Michel était une militante impliquée sur le terrain, qu'elle avait le sens de ce réalisme du terrain. Et cependant, là même où elle va prêcher la révolte, par exemple devant les ouvriers de Vienne, elle emploie une rhétorique extrêmement poétique et elle est dominée par un modèle du futur qui sort résolument du réel et qui sort résolument du réel pour prêcher non pas un état de société dont elle aurait le plan préétabli, mais un futur qui, essentiellement pour elle, relève de l'inconnu, du nouveau, de l'obscur. 

Il n'y a pas d'autre moyen, pour elle, que d'être dans l'irréel, parce que le réel, c'est déjà du passé

La révolution n'est pas tempête d'une manière intellectuelle. Elle est tempête par la musique de Beethoven, par l'art, par des chœurs énormes, par quelque chose qui ne peut être qu'une construction d'art totale.

De même que les romans qu'elle a publiés dans la Presse, quelquefois par feuilletons. Le dernier en date que nous connaissions, c'est La chasse au loup (1891), qui avait disparu depuis la date de sa publication dans les colonnes d'un journal socialiste. C'est un peu son testament romanesque

Ce sont des romans qui révèlent le fond de sa pratique révolutionnaire et son rapport artistique à la révolution. 

Le roman n'est pas un à coté de la militante, il en est véritablement le cœur, une certaine révélation d'elle-même

Bibliographie 

  • Art vaincra !. Louise Michel, l'artiste en révolution et le dégoût du politique de Claude Rétat (Bleu Autour).
  • Prise de possession de Louise Michel - Édition établie, annotée et présentée par Claude Rétat (Cahiers de l'Herne).
  • La révolution en contant. Histoires, contes et légendes de Louise Michel (Bleu Autour).
  • La Commune de Louise Michel (La Découverte).
  • Je vous écris de ma nuit : Correspondance générale de Louise Michel 1850-1904 (Max Chaleil).
  • Mémoires de Louise Michel : écrits par elle-même (Ligaran).
  • La chasse aux loups de Louise Michel (Garnier).
  • Souvenirs et aventures de ma vie : Louise Michel en Nouvelle-Calédonie (Maiade).
  • Louises : Les femmes de la commune de Eloi Valat (Bleu Autour).