Portrait du dramaturge russe Anton Tchekov (Tchekhov ou Chekhov, 1860-1904) 1900 environ
Portrait du dramaturge russe Anton Tchekov (Tchekhov ou Chekhov, 1860-1904) 1900 environ ©AFP - leemage
Portrait du dramaturge russe Anton Tchekov (Tchekhov ou Chekhov, 1860-1904) 1900 environ ©AFP - leemage
Portrait du dramaturge russe Anton Tchekov (Tchekhov ou Chekhov, 1860-1904) 1900 environ ©AFP - leemage
Publicité

Le scepticisme, le sens de la dérision, surtout le goût de l’observation à hauteur d’homme de Tchekhov le rendent toujours indispensable. Il n’est jamais juge ni même arbitre. C’est ainsi qu’il se retrouve parfaitement au diapason de notre époque, vaccinée contre les idéologies.

Avec
  • Georges Banu Professeur à Paris III, essayiste et critique spécialiste du théâtre

rediffusion du 04/10/2017

1904, le respect général. 1914, pour le dixième anniversaire de sa mort, la gloire. La période qui suit 1917, dominée par les soldats de la Révolution et les sentinelles du progrès, aurait pu lui faire perdre tout crédit. Maïakovski, parmi d’autres, le moqua : « Ils sont quarante sur le divan, Tantes Mania, Tontons Vania. Mais nous n’en avons pas besoin. Nous les avons déjà à la maison. »

Publicité
53 min

Mais non ! Le scepticisme, le sens de la dérision, surtout le goût de l’observation à hauteur d’homme de Tchekhov le rendent toujours indispensable. Quand il fait intervenir un personnage, un motif, il en présente un versant puis revient, en présente un autre, et encore un autre. Ni saints ni salauds… Et lui n’est jamais juge ni même arbitre. C’est ainsi qu’il se retrouve parfaitement au diapason de notre époque, vaccinée contre les idéologies.

En apparence, son discours concernait la Russie de son temps. Du moins, on a pu le croire et il lui est arrivé de le craindre. En réalité, il est d’ici et de maintenant.

D’ailleurs, il n’y a pas de discours

Plutôt une polyphonie : dans la tétralogie que constituent les chefs d’œuvre des dernières années, que vient clore La Cerisaie, les personnages forment une constellation, aucun ne dominant vraiment l’autre.

C’est ainsi que Tchekhov est non seulement notre contemporain mais notre prochain.

Comme Shakespeare qu’il connaissait si bien.

Programmation musicale : "Trio en la mineur" de Piotr Ilitch Tchaïkovski (au piano Sviatoslav Richter)

Programmation musicale

L'équipe

Jean Lebrun
Production