France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Le photographe conteur Steve Mc Curry, qui lui aussi capta des yeux verts afghans dans son portrait d'une jeune réfugiée, raconte sa vie et ses couleurs, ses photos illuminent la revue Polka. Le Monde raconte la synesthésie, ce super-pouvoir de super héros qui savent les couleurs des lettres et la forme du temps.

En savoir plus

On parle de super-héros...   

Qui forcément disposent de super-pouvoirs, ils voient  ils appréhendent dans plusieurs dimensions, car leurs sens se chevauchent et s'activent en même temps, on appelle cela la synesthésie, une faculté de donner des couleurs à une lettre, au temps qui passe, parfois les mots ont un son...

Céline ainsi ne voit le A que rouge, même s'il est écrit noir sur blanc, les chiffres pour elle dansent en serpentin, elle sait que de vendredi à samedi on passe du jaune citron à l’écarlate et quand elle entend Bohemian Rhapsody de Queen, Mamma, Oh Oh Oh, pardon, elle voit  un pinceau gorgé de peinture violette.   Elle est dans le Monde Céline, avec d'autres poètes involontaires, qui racontent ce moment où ils se sont aperçus qu'ils étaient différents, qu'autour d'eux le commun des mortel ignorait le gout d'une lettre, nous ne savons pas comme Guillaume que le 5 est vif rouge espiègle mais le 3 sans intérêt... A l'école, Guillaume ne choquait pas ses copains, adulte il redoute qu'on le trouve bizarre. La science cherche en vain à percer leur secret, est-ce génétique ce don de tout lier... Mais la science ne sait pas, et nos super-héros sont d'autant plus beaux que leur raison ne s'explique pas; ni celle de Thémis qui voit en trois dimensions, chaque mois est un carré, dont les semaines sont les côtés... Ni celle de Chloé qui visualise ce qu'on lui dit comme des sous-titre à la télévision, son orthographe.

Publicité

Ce n'est pas d'aujourd'hui que nos journaux nous intriguent de la synesthésie mas le Monde nous rend proche des êtres confrontés à leur pouvoir, depuis Stan Lee, et Spiderman, nous savons que ce n'est pas simple, même si c'est beau. Sur le site littéraire Textualités, vous verrez la beauté des tableaux du peintre Kandinski, peignait les sons, et vous lirez deux poèmes synesthésiques de Baudelaire et Rimbaud.   

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants.  

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu 

O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! 

Dans le magazine XXI, on nous parle encore de regard et de couleur, les yeux verts d'un taliban afghan, qui pointait son lance-roquette en 2006 pour une une photographe française, Véronique de Viguerie; elle vivait alors dans l'effervescence de Kaboul libérée mais menacée et avait réchappé à un attentat suicide,  alors elle était allé au danger, donner un visage à l'ennemi, elle l'avait vu lui, ce taliban enturbanné aux yeux verts qui faisait ses ablutions dans un camp de la guérilla, après la prière, il avait brandi son arme , le ciel était bleu derrière lui... La Photographie qui fit la une de Newsweek est devenue iconique. Retournée à paris, Véronique l'avait imprimée sur un oreiller, pour en faire le doudou de sa fille, elle appelait "Yeux verts" ce guerrier qu'on lui avait dit mort.. En octobre 2020, la grande reportrice Léna Mauger, son amie, demanda à Véronique: "Mais tu es sure qu'il est mort, Yeux verts..." Et elle sont parties à sa recherche dans l'Afghanistan d'aujourd'hui, quand les talibans hument à nouveau le pouvoir, je serais indigne de ce superbe récit si je vous le dévoilais plus avant.   

Dans la belle revue Polka, nous attendent d'autres yeux verts afghans tout aussi iconiques, ceux d'une fillette photographiée en 1984 dans un camp de réfugié au Pakistan par le grand Steve Mc Curry, qui ne se définit plus comme un photo photojournaliste mai s comme un conteur visuel, il raconte son parcours et vous revivez ses clichés, une burqa jaune dont les plis laissent supposer un corps, un garçonnet indien saturé de rouges -il parle de couleurs  de retouches d'alchimies, et  le lisant, vous vous sentirez synesthètes.    

On parle aussi de la Birmanie... 

Et de Total qui y exploite un gisement gazier, c'est dans le Monde encore qui nous prend par la main pour décortiquer un montage fiscal autour du gazoduc qui relie le gisement birman, à la Thaïlande, montage qui allège considérablement les impôts de la société exploitante du Gazoduc, où l'on trouve associée à Total une entreprise publique birmane nommée MOGE, qui  est surtout l'émanation et l'affaire juteuse des généraux birmans. Ainsi les affaires de Total contribuent elles à financer la junte, expique Le Monde.

Allons. Il est d'autres âpretés au coin  de nos rues. Le Parisien raconte qu'on enlève des chiens à la mode pour les livrer au trafic, cela en vaut la peine un chihuahua tea cup qui tient dans une tasse de thé cote à 2000 euros mais il n'est pas la seule bestiole que les malandrins convoitent, attrapent devant un commerce ou arrachent violemment à leur propriétaire.

Le Figaro plus pacifiquement dit que de vieilles voitures des trésors dorment dans nos granges, allons voir?   Libération s'enchante et nous fait rêver de la viande de synthèse, que l'on fabrique d'une cellule animale bien nourrie en laboratoire, c'est passionnant et ce serait gouteux et la solution pour l'espèce. Dans le Dauphiné, je vois un business un peu doux et rare.  Eva Moussey, couturière autodidacte, fabrique des vêtements adaptés aux enfants hypersensibles ou autistes, son fils est son modèle, les matières sont douces les coutures à l'extérieur  et les étiquettes absentes pour que rien ne perturbe l'enfant, les couleurs le guident: les couleurs évidemment.      

On parle enfin d'une imposture...

Er hier je vous contait depuis l'Est républicain l'histoire de Kamel Agag-Boudjhalat, fils d'immigré algérien, éducateur social et candidat RN aux régionales à Belfort, et bien hier, dans son quartier, sur France bleu et dans l'Est républicain  ce matin il affirme qu'il n'est plus candidat, qu'il avait voulu faire de l'entrisme dans le parti lepeniste pour en dire la dangerosité, il l'aurait quitté à peine élu...  Mais le tollé et la violence des réseaux sociaux lui font renoncer immédiatement à l'aventure.... Est-ce un rattrapage. Il dit qu'il avait envoyé pendant des mois au RN des vidéos de voitures brulées et de casse...

Ce n'est pas évident de connaitre la gloire. Cruelle la Dépêche,  mais après Mediacités, raconte que le leader Europe écologie les verts aux élections régionales en Occitanie, Antoine Maurice, a été refusé par l'encyclopédie en ligne Wikipédia après 168 heures de débat, manque de notoriété.  

Le Figaro lui nous raconte gourmand les secrets des gardiens du dictionnaire Larousse, ils sont quarante qui filtrent les entrées, la cuvée de cette année est pandémique: asymptomatique, click and collect  ou plutôt cliqué-retiré, coronapiste, covid 19 masculin ou féminin, Sars cov V2 débarquent... Et racisé aussi, mot polémique, n'y entrons pas, il y a aussi Emoji qui pourtant selon Slate est déjà passé de mode, un mot pour boomer! Il est aussi venu du cœur, je veux dire du Québec une nounounerie que je vois pimpante éclatante; elle signifie bêtise, stupidité, suis-je un nounoune parfois.

Références

L'équipe

Claude Askolovitch
Claude Askolovitch