France Inter
France Inter
Publicité
En savoir plus

Deux chercheurs expliquent au Monde comment notre architecture neuronale joue son rôle dans la destruction de la planète, tant la croissance sans fin nourrit notre plaisir. La beauté de l’Everest que l’on grimpe est dans Libération, et le courage d’en redescendre dans la Montagne.

On parle de dents!
Des quenottes de bébés qui poussent à l'orée de la vie, quoi de plus mignon... Sauf que ces quenottes quand elles apparaissent sont tachées sont marrons bientôt, sont parfois trouées comme du gruyère elles sont cariées elles sont fragiles tellement fines qu'elles se cassent, elles ne sont plus là et des dentistes doivent extraire, de bouches de un an, des racines de dents de lait qui ont été rongées... et si elles sont fragiles tachées marrons cariées ces dents, de bébés, c'est à cause du coca-cola et autres boissons sucrées, dont des parents abreuvent leur marmaille dès le berceau, car l'on voit dans les rues des bambins aux biberons remplis de soda maronnasse, des mamans qui donnent le coca au pitchoun à la petite cuillère...
Cela se passe chez nous, nous dit Mediacités -journal en ligne qui se consacre à l'information locale qui dérange... L'article sur les bébés coca (on les appelle comme ça) est disponible aussi sur Mediapart... Il est né de la surprise de la journaliste Virginie Menvielle quand son enfant est entré en Maternelle où l'on avertissait les parents contre les sodas, il s'est nourri de la thèse qu'une dentiste Angéline Leblanc a consacrée aux caries précoces de 50 enfants de la métropole de Lille...
Le lecteur pourra extrapoler la misère sociale et culturelle, quand 20% de la population concentre 80% des problèmes de dentition, et des parents qui eux-mêmes ne boivent pas d'eau se demandent pourquoi ils devraient en abreuver leur petit... Mais que les bourgeoisies éclairées se souviennent que dans le jus de fruit bio le sucre guette aussi bien dans lequel il ne faut pas tremper les quenottes... On le sait désormais, cela suffit-il? - car on ne fait pas toujours ce qu'il faut même le sachant.
Dans le Monde vous lirez l'interview passionnante de deux chercheurs, Sébastien Bohler, neurobiologiste, et le spécialiste de psychologie cognitive Thierry Rippol. Ils publient chacun un livre sur nous l'espèce humaine qui se montre incapable de ne pas détruire. On parle de la planète. Et bien ce n'est pas nous les coupables mais notre cerveau, dont le centre et le maître s'appelle le striatum: la structure nerveuse du plaisir, que procure le fait de manger, de se reproduire, s'acquérir du statut social, de minimiser ses efforts et de chercher de l'information... C'est le striatum qui depuis 300.000 ans nous a rendu malins ingénieux ambitieux outillés mécanisés croissants mais au bout de nos conquêtes et satisfactions nous voici suralimentés obèses et notre planète saturée de gaz à effets de serre, et nous ne savons pas stopper. Car le striatum nous incite à croitre et à le satisfaire sans limite, il ne sait pas pauvret que la terre est une planète finie, il fait de nous une espèce parasite. Il faut alors pour notre survie collective entraîner notre cortex, nos câbles neuronaux à passer outre les demandes du striatum, à prendre le contrôle... Il faut collectivement en finir avec Adam Smith et sa chimère du bien commun que fabriquent la satisfaction des libres égoïsmes, Smith était du genre à trop aimer le sucre...
Ce qui nous ramène au biberon au coca; au Mexique, le saviez-vous si vertueux, deux états ont interdit la vente de boissons sucrée aux moins de 18 ans. En France, en dépit des études vieilles de vingt ans il ne passe rien, la dentiste Angéline Leblanc voudrait des étiquettes « interdit » aux moins de 6 ans sur les bouteilles de soda. Qui nous en empêche?
On parle aussi de radio...
C'est dans la Croix et cela requinque. En Gironde un infirmier nommé Sylvain Clament, concocte des bulletins d'information, en russe, qui sont ensuite envoyés en ondes courtes via un émetteur situé en Floride, en direction de la Russie, o

Publicité
Références

L'équipe

Claude Askolovitch
Claude Askolovitch