Publicité
Résumé

.J-7: Le retour de l'obsession sécuritaire alors que s'estompe légèrement la crise sanitaire. J+7: Le retour à la vie (presque) normale.

En savoir plus

Elodie Foret, ce que vous retenez de la semaine, c'est le retour de l'obsession sécuritaire alors que s'estompe légèrement la crise sanitaire.

J'ai compté! A 10 reprises, Laurent Wauquiez a prononcé le mot "sécurité" ou "sécuritaire" mardi, lors de l'officialisation de sa candidature aux régionales.

Publicité

Une obsession sécuritaire partagée par bien d'autres présidents de région sortants. Valérie Pécresse en Ile de France qui vante , à tout va, son bouclier de sécurité. Xavier Bertrand, en campagne régionalo/présidentielle qui en a fait l'une de ses priorités.

La gauche n'est pas en reste. En Occitanie, la socialiste Carole Delga propose un plan régional de sécurité.

Vous me direz Ali, ce n'est pas la compétence de la région, le régalien c'est l'état.

Oui mais politiquement, ils auraient bien tord de s'en priver car si l'on observe les enquêtes d'opinion réalisées pour ces régionales, c'est très net, les préoccupations majeure des français , hors Covid, ce sont la délinquance , le terrorisme, l'immigration. On y va donc à fond à tous les niveaux, y compris a l'Elysée, qui a décidé de répondre par une loi à chaque actualité violente ou choquante comme récemment après l'attentat de Rambouillet.

Le nouveau projet de loi antiterroriste repassait d'ailleurs mercredi en conseil des ministres. Une politique de l'émotion/réaction que condamnait pourtant Emmanuel Macron avant son élection, ne voulant pas disait il se laisser guider par "la tyrannie des évènements". 4 ans après et certainement une réélection en jeu, le président a semble t'il changé d'avis.

Elodie, météo politique à 7 jours maintenant et le retour à la vie (presque) normale

Avec mercredi la réouverture des commerces, des cinémas, des théâtres et des terrasses! Le tout guidé par un protocole sanitaire de 50 pages publié il y a deux jours. Quelques heures avant on se posait encore des questions essentielles, comme Laurence Ferrari sur Cnews face à Bruno Le Maire.

Rassurez-nous, l'interdiction d'aller à l'intérieur de l'établissement ne vaut pas pour ce petit détail incongru que sont les toilettes?

Je pense que ce sera le cas oui

Nous voilà rassurés. On va donc pouvoir trinquer Ali, au retour des jours heureux et au lancement officiel de la campagne des régionales. Lundi ce sera la date butoir pour déposer les listes.

Mardi, conseil stratégique au siège des LR où l'on ne sabrera pas le champagne mais l'accord en Provence Alpes Cote d'Azur entre Renaud Muselier et les marcheurs. Accord certes a minima sans la secrétaire d'état Sophie Cluzel, sans parlementaires LREM, mais qui exclue aussi les parlementaires LR sortants, dont une figure des alpes maritimes, le sénateur Philippe Tabarot.

En privé, Christian Jacob redoute une nouvelle réunion rock'n'roll où les partisans d'une ligne dure, Bruno Retailleau, Eric Ciotti vont demander que l'on retire le soutien du parti à Renaud Muselier. Ce qui parait fortement improbable.

"Et on ferait quoi? soupire un cadre, on ne voterait pas Muselier? On n'a plus le choix!!" 

Renaud Muselier lui présentera sa liste à la presse dans quelques heures, espérant ainsi clore le feuilleton, si ce n'est nationalement, au moins régionalement. Et entamer enfin une campagne normale.

Références

L'équipe

Élodie Forêt
Production