France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Trois journées au pas de charge pour Edouard Philippe, qui était hier dans les Ardennes...

En savoir plus

La question est posée par Laurence Peuron:

Extrait

Publicité

En tout cas, c'est lui... c'est Edouard Philippe, qui officiellement hier, a réceptionné le rapport Borloo... Sauf qu'initialement, ce n'était pas inscrit à son agenda... Même chose la veille, avec cette réunion rajoutée sur Notre-Dame-des-Landes pour faire une point sur la situation. Sans oublier, une discussion avec les présidents d'université... et cette main tendue aux syndicats de la SNCF - ça, c'était mardi - par voie de communiqué.. Objectivement, ces différents dossiers sont suivis - régulièrement - par le Premier ministre... mais il est vrai qu'on n'en entend pas toujours autant parler... de même que les rendez-vous ne sont pas toujours aussi rapprochés.  En fait, que s'est-il passé? // L'exécutif a très vite compris que les premières images notamment, du président Macron - en visite d'Etat aux Etats-Unis - entre belles tenues et dîner de gala... risquaient d'apparaître décalées par rapport aux grèves, aux blocages, bref aux tensions que vit en ce moment notre pays... Il fallait donc réussir à effacer cette mauvaise concordance des calendriers. C'est ce qu'a fait Edouard Philippe... avec cette sur-activité, cette mise-en-scène - cette mise en forme tout à fait orchestrée -... L'objectif, c'était de montrer qu'entre Emmanuel Macron et son Premier ministre, il y aura toujours quelqu'un pour s'occuper des Français.

Allez, Carine, on se projette : qu'est-ce qui nous attend la semaine prochaine ? 

Un 1er mai - à Nice - pour Marine Le Pen... // Pourquoi Nice? Eh bien, ce n'est pas si simple à décoder.

  Extrait

Explications signées : Sébastien Chenu... député et porte-parole du Front National. Donc, Marine Le Pen fête Jeanne d'Arc, dans les Alpes-Maritimes, pour se démarquer de son père... et pour agacer ses concurrents à Droite.

Et c'est tout ? 

Jeanne d'Arc cette année, n'est qu'un prétexte. Le Front national - désormais "nouvelle version" - a décidé d'organiser, mardi, une "Fête des Nations"... Comprenez par là, une fête des Nations - évidemment - "souveraines"... En réalité, à un an de l'échéance, Marine Le Pen est en train de préparer les élections Européennes. Alors avec qui ?? Avec ses amis du parti européen - le MENL - auquel elle appartient... Et elle a invité - pour son rassemblement, à Nice, du 1er mai - des Allemands... des Autrichiens... des Tchèques... des Italiens... qui ont tous enregistré cette année - chacun dans leur pays -, de vraies poussées nationalistes... Et la présidente du FN espère s'inscrire dans cette redoutable dynamique. Donc, la bataille va pouvoir commencer... entre Emmanuel Macron, le "pro-européen" et Marine Le Pen - qui ne s'affiche plus comme une "anti" -, mais qui est devenue, dit-elle, une "alter-européenne"... Et entre les deux, il n'y a déjà presque plus de place pour les autres partis.

Références

L'équipe

Carine Bécard
Carine Bécard
Carine Bécard
Production
Carine Bécard
Carine Bécard
Carine Bécard
Journaliste